Plus de 50 000 signatures contre l’e-ID pour le référendum

Plus de 50 000 signatures contre l’e-ID pour le référendum

Plus de 50 000 signatures contre l’e-ID pour le référendum

À propos de l’identification électronique, les opposants à la loi fédérale ont pu réunir beaucoup plus de signatures par rapport au nombre escompté.

Pour l’occasion, les Suisses feront part de leur verdict sur l’identité électronique. En parallèle, les promoteurs du référendum contre l’e-ID ont fait une publication dimanche concernant les 55 403 paraphes qu’ils ont pu recueillir. À noter qu’ils devaient amasser au moins 50 000 paraphes jusqu’au 16 janvier.

La Société Numérique, l’organisation suisse Campax, la plateforme « We collect » et l’association Public Beta se sont engagées dans la collecte de signatures en vue de ce référendum contre la loi fédérale sur l’identification électronique (e-ID) depuis le 8 octobre dernier. D’après cette coalition, plus de 10 000 citoyens ont pu réunir des signatures durant les 70 derniers jours.

À titre de rappel, en septembre, le Parlement a ratifié un précepte libéral qui donnait plutôt l’avantage au secteur privé pour remettre des e-ID. Quoique les référendaires veuillent à tout prix empêcher que le passeport numérique et ses données délicats ne parviennent entre les mains des banques, des assurances et des entreprises. À première vue, la confiance dans les entreprises privées pose problème, en particulier pour ce qui relève de la protection des données, selon eux.

Plus 50 000 signatures contre l’e-ID pour le référendum

Parlons des nombreux partisans

Ils imposent que la Confédération ne se limite pas à reconnaître une carte d’identité électronique, mais qu’elle l’émette également. Du point de vue de cette large alliance, la privatisation du passeport numérique suisse s’avère être une « transition du système historique » et « No go » absolu.

L’e-ID revêt l’identité officielle des citoyens et citoyennes suisses. Les contrats, les transactions financières, les informations sur la santé et les services administratifs, entre autres les déclarations d’impôts ou les décisions politiques, seront dès à présent traités de façon numérique au moyen d’un e-ID.

Il convient de noter que le référendum bénéficie déjà de l’appui du PS, des Verts, du Parti pirate et droitsfondamentaux.ch. Parmi les adhérents des partis PDC, PLR et UDC, la plupart d’entre eux adoptent l’e-ID proposée par l’État. Cette thématique précède les fronts gauche-droite, d’après le comité référendaire.



dapibus felis libero ante. elit. amet,