Le licenciement dans la presse

 

En cette période de crise, garder son emploi peut s’avérer difficile. Dapd est une société servant la presse suisse mais qui a fermé son service francophone pour cause: licenciements dans la presse.
Les 7 journalistes membres de Dapd, ont reçu une lettre de licenciement ce mardi 30 octobre.
Durant l’été cette société avait été repris par le groupe allemand Dapd, mais a dû arrêter ses fonctions informationnelles, créant des licenciements dans la presse, où les journalistes travaillaient à temps partiel.
Dapd est la deuxième presse allemande a déposé le bilan, les licenciements dans le presse sont victimes aussi de la crise et des restriction budgétaire. Le directeur justifie ces licenciements dans la presse par des raisons économiques et surtout par le fait d’avoir perdu un important client.
Cette unité de Dapd, francophone était amenée à divulguer des informations en Suisse, et été rattaché à la rédaction de la langue française d’AP sur Paris.
Ces licenciements dans la presse sont considérés comme un acte brutal, puisque «elle aboutit à la fermeture pure et simple d’une agence qui joue un rôle important dans la diversité de la presse en Suisse», poursuit le communiqué.
Ces licenciements dans la presse mettent sur le plancher des journalistes exécutant simplement leur travail, c’est pourquoi le syndicat va les orienter vers des démarches pour un nouvel emploi.


20b424428ed416127bc78b376c177e25AAAAAAAAAAA quis leo. libero nunc ut facilisis vel,