Les catastrophes naturelles vont faire exploser les coûts des assureurs

Les coûts d’assurance s’enflamment à cause des catastrophes naturelles 

Il semble clair que les catastrophes naturelles ont provoqué un réel séisme au niveau des profits issus des placements engagés par les assurances sans oublier les faibles taux d’intérêt en vigueur actuellement. En plus de la pandémie du coronavirus, ceci pourrait être la cerise sur le gâteau pour achever l’état du secteur.

Si nous nous penchons sur le numéro deux mondial dans le secteur des assurances, Swiss Re n’aura pas attendu longtemps avant de réagir face à la catastrophe en rehaussant ses tarifs dans tous ses domaines d’activités. Additionnant les charges engagées suite à la crise du Covid-19 et celles issues des catastrophes naturelles, cette décision semblait inéluctable. Swiss Re affirme que le plus lourd aura été d’indemniser à la hausse, les zones peuplées qui ont été touchées par des ouragans. Le réassureur de grand renom a aussi mis un point sur les « risques secondaires » tels que les inondations, les incendies ou même la sécheresse.

Les assureurs font face à la crise des taux et à la pandémie

Outre l’augmentation des dépenses à cause de la pandémie et autre catastrophe, le secteur des assurances faisait et fait toujours face aux taux d’intérêt affaiblis qui réduisent de manière conséquente la rentabilité des placements. Les assureurs qui exercent dans le secteur « non-vie », c’est-à-dire dommages et accidents, ont été obligés d’augmenter leurs marges à la souscription de 7 à 12 points de pourcentage en vue de combler ces faibles taux et éviter la catastrophe au niveau de leur état financier.

Par ailleurs, si nous revenons sur la crise sanitaire du coronavirus, il semble clair que la pandémie pèse lourd sur le secteur, avec des coûts qui s’élèvent entre 32.1 et 45,9 milliards de francs selon S&P Global Ratings. L’agence aurait souligné les lignes d’assurances les plus affectées par la pandémie : l’événementiel, les prêts immobiliers, les assurances crédits et les secteurs liés à l’aviation et au commerce. Seules les assurances automobiles et les assurances risques liées aux décès ont été légèrement épargnées par cette catastrophe commune à tout acteur de l’assurance.

 

Plus d’informations sur les assurances ménage : 

 



Curabitur ipsum diam Lorem suscipit venenatis Aenean non at