Les soignants « malades » de leur métier

Les soignants « malades » de leur métier


protection_juridique


Les soignants « malades » de leur métier

Les soignants « malades » de leur métier ! La moitié des employés du secteur de la santé pense à quitter leur travail. Manque de personnel et pression constante, les soignants sont « malades » de leur métier. Les résultats d’un sondage réalisé par le syndicat Unia sont alarmants. Pour les jeunes, l’avenir est sombre dans le secteur médical et les conditions de travail peu encourageant posent problèmes. Epuisement, fatigue, burn-out, 86% des employés sont fatigués et 72% sont proches des RPS ; risques psychosociaux et de troubles physiques selon le syndicat Unia. Il faut savoir que les horaires sont annualisés et de fait, le personnel soignant doit fournir une grande flexibilité dans ses horaires et la charge de travail n’est pas très équitable. Selon 66% des soignants, ils n’ont aucun espaces temps pour des loisirs.

 

Pour une meilleure rentabilité, les soignants comme les patients souffrent d’un manque de personnel !

La médecine ne serait-elle plus humaine ! Comment bien soigner les patients s’il n’y a plus de soignants. Mauvaise qualité de soins et stress permanent pour les soignants. La qualité des soins souffre du manque de personnel dans les hôpitaux en Suisse souligne ce vendredi 15 février le syndicat Unia. Avec une rationalisation des soins pour une meilleure rentabilité, les coûts sont comprimés, les budgets coupés et l’on ferme les yeux sur les conditions de travail des employés. Avant une grève du zèle, il faut intervenir pour une médecine plus humaine. Quant à la question des salaires, 79% des sondés se disent sous payé. Pour les assistants et les auxiliaires dans le domaine médical les sondés disent ne pas pouvoir en vivre ; les salaires étant très bas pour ce métier dit « féminin ». L’inconscient collectif donne un rôle féminin aux soins médicaux et ces femmes soignantes continuent malgré des bas salaires à faire leur travail souligne Madame Peist-Gaillet.

 

Plus de 2935 personnes ont été interrogées entre octobre et février !

Ce sondage réalisé entre octobre 2018 et février 2019 a obtenu plus de 2935 réponses et les résultats sont effarants. Il faut un dialogue équitable selon le syndicat Unia entre employés et employeurs pour apaiser la situation et pour ne pas exacerber cette situation latente. Il faut des plans de travail normaux, des horaires annualisés et des salaires adaptés et surtout plus de personnel soignant pour éviter le burn-out et l’épuisement du personnel en place actuellement.


protection_juridique


Sur le même sujet

Assistance juridique

Harcèlement au boulot ? A la victime de le prouver

La Suisse veut éviter les conflits suite à des héritages internationaux 



649a594a95243e668a461fac40f1be74TTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTT sed mattis libero leo. Donec odio Curabitur Aliquam risus. ut