Pas de salaire pour les employés suite à une quarantaine

Pas de salaire pour les employés suite à une quarantaine

Séjour à l’étranger et quarantaine : l’employé ne devrait pas avoir droit à un salaire

L’Union patronale suisse considère que les employés n’auraient pas dû aller dans un pays qui présentait davantage de risques pour le Covid-19. Une fois de retour, ils seront aussitôt placés en quarantaine. Aussi, ces salariés ne pourront plus travailler pendant un certain temps.

Dans ces conditions, il n’est pas envisageable de leur verser un salaire durant ce laps de temps. Après un séjour dans un pays à risque, le salarié ne pourra plus prétendre à son salaire en cas de quarantaine, sauf dans certaines conditions.

L’Union patronale a estimé vendredi que c’est un problème que l’employé s’est imposé tout seul. Elle préconise aux employeurs de prévenir leurs employés. Effectivement, ils ne seront pas payés durant la période de quarantaine dans le cas où ils anticipent un voyage privé à destination d’un pays à risque. À noter que cela ne s’applique pas aux salariés qui partent en voyage d’affaires. Dans le cas où le voyage d’affaires dans un pays à risque soit une obligation, l’employeur est tenu de payer son employé durant la quarantaine.

Pas de salaire pour les employés suite à une quarantaine

Dans quelle condition l’employé devra-t-il payer une indemnité ?

Concernant les employés qui partent en voyage à titre personnel dans un pays à risque malgré les avertissements de son employeur, ils devront s’acquitter d’une indemnité, appuie l’Union patronale. La nouvelle réglementation fédérale a été validée par l’organisation patronale. Cette dernière veut prévenir à tout prix un deuxième confinement qui aurait de lourdes conséquences pour l’économie et la société.

Le Conseil fédéral a diffusé jeudi une liste de 29 pays jugés comme étant à risque. À compter de lundi, tout individu qui vient de l’un de ces pays et qui prévoit d’entrer en Suisse sera placé en quarantaine de dix jours. Parmi ces pays, on peut citer les États-Unis, la Suède, la Serbie et le Kosovo.

 

En savoir plus sur la protection juridique :



venenatis, Lorem dapibus nec nunc mattis fringilla