Red Bull licencie des dirigeants pour des propos racistes

Une carte du monde jugée raciste coûte chère aux dirigeants de Red Bull racing

Les cadres de la société fabricante de boissons énergisantes ou energy drink, Red Bull Racing ont payé à un prix fort la publication de la carte du monde jugée raciste, publiée par le « Business Insider ». Le licenciement du directeur général de Red Bull Racing, Amérique du Nord, Stefan Kozak et de la directrice marketing, Amy Taylor, a été annoncé cette semaine.

Le dessin de Red Bull Racing a été dévoilé au cours d’une réunion en interne à Détroit, en février dernier et renvoie des stéréotypes réducteurs à différents pays du monde. D’après la carte :

  • États-Unis: «L’Amérique!!! On est les numéro 1!!!»
  • Alaska et Hawaï: «Plus d’Amérique!!»
  • Chine: «Ils fabriquent nos trucs»
  • Europe: «Mauviettes»
  • Moyen-Orient: «Méchants» et «C’est là que vont les bombes»
  • Canada: «Inhabité»
  • Inde: «Call-center»
  • Caraïbes: «Bateaux de croisière»
  • Asie du Sud-Est: «D’autres méchants»
  • Afrique: «Les animaux du zoo viennent de là»
  • Amérique du Sud : « C’est de là que vient le café, je crois »
  • Australie : « Kangourous »
  • Antarctique : « Froid »
  • Groenland : « Père Noël »
  • Japon : « TVs et caméras »

Ce croquis de Red Bull Racing était apparemment à titre humoristique. Selon le « NY Post », il est supposé « refléter le point de vue atypique d’un client américain ignorant ». Les employés du producteur de Bull Racing Production ne sont pas du même avis. Même si l’évènement n’a pas eu de retentissement direct dans l’immédiat, la situation s’est chamboulée début juin et l’homme qui a crée se croquis a finalement payé le prix de son erreur. Environ 300 membres du personnel de Red Bull Racing ont signé une lettre destinée à leurs dirigeants, en faisant valoir leur droit à l’aide de leur assurance protection juridique. La pétition contre cette homme contestait « le silence public » de la marque se rapportant au mouvement « Black Lives Matter ».

Florian Klaas, licencié de Red Bull Racing pour motif de réductions budgétaires

Le conseil d’administration de Red Bull Racing a été obligé de réagir aussitôt en tant qu’homme de la situation. « Nous dénigrons toutes formes de racisme, comme dans le passé et également dans le futur », cela a été mentionné dans un communiqué diffusé préalablement la proclamation des licenciements. « L’apport de chacun d’une quelconque manière est valorisé par Red Bull Racing. »

Florian Klaas, homme responsable du marketing culturel mondial de Red Bull Racing, a été également congédié. C’est l’homme qui avait arboré la carte du monde lors de la présentation et qui en a finalement payé le prix fort. À noter que ses supérieurs Stefán Kozak et Amy Taylor l’ont fortement déconseillé sur cette nouvelle formule. Cet homme a été finalement licencié à titre de réductions budgétaires. Au bout de 12 ans d’interdiction, la commercialisation des produits Red Bull Racing avec une formule appropriée est désormais admise en France.

Se mettre à la page sur les actualités liées aux cas juridiques suisse :



justo vulputate, elit. pulvinar Donec nunc venenatis massa id luctus Praesent