Elle gagne au Tribunal après avoir fait une bise

 

Un cas insolite s’est présenté au tribunal il y a quelques jours. Une jeune femme suisse de 19 a dû se défendre avec assurance devant le juge pour une simple bise faite à une amie. Elle a pu obtenir gain de cause en réduisant son amende par 4. C’est dans ce genre de situation que l’on se rappelle que la souscription à une assurance protection juridique peut bien nous éviter des problèmes et faciliter les choses.

Un délit qui frôle l’insolite

La justice suisse a dernièrement traité une drôle d’affaire. Le délit qui a été jugé n’est d’ailleurs plus d’actualité avec les mesures restrictives qui se sont allégées depuis le temps. Une jeune femme de 19 ans a dû comparaitre devant le juge pour avoir enfreint la règle des 2 mètres de distance imposés depuis le début de la pandémie du coronavirus en Suisse. Le délit a été commis en soirée au bord d’un lac le 15 mai. La jeune apprentie était en compagnie de ses 3 copines. Il faut rappeler qu’à cette période-là, on avait nullement le droit de se rassembler à plus de 5 personnes et bien entendu, le port de masque était d’usage. Il venait même d’être recommandé dans les trains pour la protection d’autrui contre la coronavirus.

 

C’est après avoir été averti par les autorités quelques minutes auparavant que notre jeune demoiselle de 19 ans s’est fait prendre la main dans le sac. Elle a été vue par les autorités en train de faire la bise à l’une de ses amies alors qu’elle n’en avait pas le droit. Elle a déclaré plus tard avec assurance, qu’elle n’avait agi que par pur réflexe, que le geste était parti tout seul sans la moindre intention de violer la règle ni de désobéir. De plus, c’était le début du confinement donc elle n’avait pas eu le temps de se détacher de ses quelques habitudes.

 

Une histoire juridique qui se finit bien

 

Par la suite, la jeune neuchâteloise n’a jamais nié avoir commis un tel délit. Mais ce qui l’a conduite entre les mains du juge, c’est surtout le montant de l’amende qui lui a été imposée. L’amende s’élevait à la somme de 400 CHF, soit près de la moitié du salaire d’une jeune étudiante suisse en 2e année.

Le juge ne s’est pas retenu de relever le côté schizophrénique de la situation. Mais ce dernier n’aura fait qu’affirmer avec pédagogie que les mesures restrictives et le contexte étaient surtout pénibles pour les jeunes, tout en prenant compte du fait que le délit n’est plus d’actualité. Mais il aura aussi souligné le fait que ce type de règlements et de mesures pourraient bien revenir de sitôt et qu’il fallait préserver sa vigilance. Mais sensible aux arguments de la jeune femme, et compte tenu de sa situation, le vénérable homme de droit n’a finalement pas retenu l’accusation de désobéissance aux autorités et a ramené le montant de l’amende à 100 CHF.

 

L’importance d’une assurance protection juridique privée

Ce genre de situation nous rappelle tant bien que mal qu’une assurance protection juridique privée reste nécessaire dans notre vie. Tout incident peut si vite arriver et l’intervention d’une assurance protection juridique pour notre couverture et faire valoir notre droit de protester les jugements reste fortement nécessaire dans ce type de cas par exemple. Une simple bise peut bien causer des problèmes. L’assurance protection juridique privée Fortuna Top de Generali sert justement à notre couverture et à nous soutenir, que ce soit au niveau des démarches ou l’intervention d’un avocat, qu’au niveau financier, lorsqu’on se retrouve face à un litige, aussi infime et anodin qu’il soit. Si vous n’êtes pas encore inscrit à une assurance protection juridique privée ou que vous voulez en savoir plus, nous restons à votre entière disposition. De plus, un rabais collectif sur notre offre sur les assurances protection juridique privée vous sera offert auprès de notre partenaire Fortuna de Generali pour toute souscription à une assurance protection juridique, valable dans le monde entier.

 

Plus de cas relevant de la protection juridique :

 

L’actualité de l’assurance de protection juridique

Hermès : d’anciens collaborateurs font des contrefaçons dans une manufacture parallèle

Philippe Guignard inculpé pour escroquerie

Pénalisé par l’assurance pour avoir pissé dans la rue

Deux frères accusés de vandalisme et agressions sur les voies de Payerne