Investissement immobilier

Investir dans l’immobilier

SCPI :  l’option gagnante des petites économies

 

Simple, peu contraignant et attractif en termes de rentabilité, l’investissement en SCPI a déjà conquis plus de 900 000 épargnants. De nombreux particuliers y voient l’opportunité de valoriser leurs économies avec une prise de risque modérée. Quelques pistes pour se lancer dans ce type de placement aussi appelé « pierre-papier ».

Le principe

 

Une Société Civile de Placement Immobilier (SCPI) possède et gère un parc immobilier : il peut s’agir de locaux professionnels comme des bureaux, mais aussi d’immeubles d’habitation, tous destinés à la location.

La formule de placement en SCPI consiste à acquérir des parts dans la société. L’investisseur n’a donc pas la pleine propriété d’un bien, mais la partage avec des centaines voire des milliers d’autres investisseurs.

Au prorata de son investissement, l’épargnant va trimestriellement toucher en retour un loyer net, après déduction des frais et charges de la SCPI.

On parle également d’immobilier digital, en raison de la dématérialisation des parts par opposition à la propriété physique traditionnelle, et de l’accès simplifié à l’investissement via internet.

Des placements simples et performants

 

L’intérêt principal consiste à générer pour l’épargnant des revenus complémentaires. Une SCPI de rendement, les plus répandues du marché, offre en moyenne un rendement tournant autour des 5%.

Le succès de la formule s’explique également par son accessibilité : a minima, il est possible d’acquérir une part pour 150 à 200 €, et les modalités sont souples : au comptant, à crédit, en nue-propriété, en assurance-vie …

Le plus ? La SCPI prend en charge toute la gestion locative et la valorisation des biens : formule confort pour l’épargnant n’a donc pas à assumer cette contrainte et se contente de percevoir un revenu net.

Alors que la crise sanitaire a fortement touché les marchés financiers, celui des SCPI s’est révélé résilient. Représentant 67,5 milliards d’euros pour l’année 2020, le marché des placements pierre-papier a ainsi démontré la stabilité et la maîtrise de ses actifs.

Un patrimoine diversifié

 

La propriété partagée entre de nombreux épargnants via une SCPI de rendement présente également l’atout de la mutualisation du risque.

Avec un même capital de départ, un particulier qui pourra investir dans un bien unique en propriété directe, sera en mesure, s’il fait le choix de placer son épargne en SCPI, d’acquérir des parts dans de multiples biens, diversifiant ainsi pertinemment son patrimoine.

 

La variété sectorielle, thématique et géographique permet en effet de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier : les placements peuvent concerner des immeubles d’habitation, mais aussi des bureaux, des entrepôts, des parkings, des commerces, ou des résidences comme les EHPAD (Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) ou les résidences étudiantes.

Certains fonds se spécialisent également dans des types spécifiques de biens, permettant de choisir la destination de ses placements en fonction de ses engagements personnels : santé, éducation pour certaines, actifs « verts » pour les SCPI environnementales, ou encore économie sociale et solidaire.

 

Enfin, si la formule est à l’origine « made in France » et concerne une majorité de biens situés sur le territoire hexagonal, les SCPI européennes et internationales offrent la possibilité d’investir à l’étranger.

Cela permet de ne pas concentrer les risques sur l’unique immobilier marché français, mais aussi de bénéficier d’une fiscalité plus intéressante sur les loyers.

Valorisation à long terme

 

Nombreux sont les investisseurs soucieux de placer leur épargne au service d’un revenu complémentaire, dans le but de préparer leur retraite. Les SCPI de rendement sont en la matière une option sécurisante, valorisant les actifs sur le long terme avec un rapport bénéfices/risques profitable.

Le capital peut s’accroître si les marchés immobiliers sont favorables, mais peut également se déprécier dans le cas contraire. C’est pourquoi le bon réflexe est avant tout de se faire conseiller par des professionnels du placement immobilier, qui sauront également vous accompagner pour la transmission de vos parts de SCPI à vos héritiers.