suisse

Les entreprises suisses vont-elles survivre à la deuxième vague ?

Les entreprises suisses vont-elles survivre à la deuxième vague ?

Malgré le fait qu’elles y soient préparées, les grandes entreprises et les PME en Suisse ont une peur bleue de la mise en place d’une seconde vague de confinement qui pourrait survenir. La menace provoquée par la crise sanitaire dans tous les pays du monde ne disparaitra pas de sitôt et continue de faire des ravages sur l’économie et le marché du travail en suisse. Selon les informations et les news, le principal souci des entreprises en Suisse relève apparemment de la gestion de leur liquidité.

 

Une peur bleue du confinement malgré une préparation solide

Malgré les leçons tirées lors de la première vague, les entreprises qui siègent sur le territoire suisse redoutent tout de même fortement la mise en place d’une seconde vague de confinement. Comme on peut s’en douter, l’économie suisse ne pourra peut-être pas survivre à cela, principalement par souci de liquidité malgré les projets et l’initiative du gouvernement à leur venir en aide. Toutefois, selon les données de l’économiste responsable en chef de swiss economy, Rudolph Minsch aura tout de même affirmé que contrairement à la première vague, les grandes entreprises, les sociétés et les PME en Suisse sont nettement mieux préparées à cette seconde vague, dans la mesure où plusieurs concepts de protection et certaines mesures ont été mis en place au niveau de leur gestion pour minimiser les risques. Les entreprises du pays connaissent déjà le coronavirus, et savent déjà comment restreindre sa propagation et assurer la protection et la santé de leur effectif. À titre d’exemple, le système et la politique de télétravail et l’externalisation des différents services font désormais partie des mœurs de gestion au sein des entreprises, des PME, et grandes sociétés tout secteur confondu. La plupart des entreprises du pays ont su adapter leur processus et leurs services pour optimiser au mieux la productivité de leurs employés sans que ces derniers soient obligés de travailler sur place grâce aux nombreuses mesures appliquées. Ainsi, les produits et services proposés aux clients par l’entreprise peuvent survivre sur le marché, ce qui a d’ailleurs sauvé l’économie suisse.

Par ailleurs, l’économiste en chef d’Economiesuisse a insisté sur le fait que les écoles primaires et les crèches du pays restent fonctionnelles. Pour la simple raison que selon lui, le télétravail et les cours en ligne ne font pas toujours bon ménage et peuvent constituer une difficulté supplémentaire pour les familles en Suisse.

entreprise en suisse

entreprise en suisse

Les entreprises suisses face à un problème de liquidité

Il faut savoir que lors du premier confinement, les entreprises ont fait face à des problèmes de gestion de liquidité sur une courte durée. Et aujourd’hui, elles pourraient être confrontées à des problèmes de paiement sur une échéance plus conséquente. Les prêts d’urgence et les indémnités octtroyés par l’assurance et la banque pour faire face au coronavirus et auxquels les entreprises en difficulté ont eu droit ont été épuisés avec le temps, et contracter un crédit privé à la banque n’est pas toujours facile. Ce sera donc les fonds propres de l’entreprise qui devront en découdre et s’affaiblir au fil du temps. C’est ce qui inquiète principalement les économistes. Les entreprises ayant des charges fixes élevées sont les plus menacées par ce problème car les risques de déclin sont plus grands. Selon le constat économique et les données, environ 5 % des sociétés se retrouvent dans ce cas.

Les chiffres sont plus inquiétants pour les entreprises se trouvant dans le secteur et l’industrie de l’hôtellerie et de la restauration, se trouvant en tete du classement des activités les plus touchées par le coronavirus. D’ailleurs, le cabinet de conseil de Deloitte aura confirmé selon ses données que les défauts de paiement ou de crédit au niveau des entreprises n’auront jamais été aussi nombreux. L’économie suisse tente clairement de se refaire une beauté, ce qui peut prendre son temps. Mais l’initiative d’une seconde vague de confinement leur serait probablement fatale. Les mauvaises surprises qui surgiront en cas d’un second confinement n’affectent d’ailleurs pas seulement les entreprises suisses, mais aussi plusieurs entreprises et sociétés du continent européen tout entier. Toutes les entreprises restent à l’affût concernant les news et les données liés à un second confinement.

 

Si vous voulez lire plus d’actualités :