Credit Suisse veut vendre des assurances sur CSX

Credit Suisse veut vendre des assurances sur CSX

Le prestataire international en assurance AXA prévoit de mettre en place une sélection d’offres de bancassurances à la disposition des clients de CSX, la plateforme bancaire numérique de Crédit Suisse basé à Zurich. Un projet ambitieux qui intègre le marché dans un contexte de concurrence très dense.

La bancassurance sur CSX

Credit Suisse décide de développer l’offre proposée par le biais de sa banque numérique. Le géant du secteur bancaire en Suisse occupant la seconde place sur le marché, alias Crédit Suisse, va travailler main dans la main avec l’assurance AXA pour proposer des solutions en assurance avec son service bancaire numérique en ligne, CSX. Le projet sera normalement lancé d’ici une semaine.

Pour information, la banque numérique CSX de Crédit Suisse offre la possibilité aux clients d’effectuer toutes ses transactions et opérations financières à travers une application mobile. Sa coopération avec AXA, une référence en assurance, lui permettra de proposer un ensemble de solutions de bancassurance, toujours accessible à travers l’application CSX et les autres canaux déjà existants. Les solutions et offres en assurance seront accessibles à certains groupes de clients dès le premier trimestre de l’année prochaine. Les deux géants, Crédit Suisse et AXA ont détecté un énorme potentiel d’évolution dans le secteur du numérique en développant son produit numérique né à Zurich.

À titre informatif, l’offre bancaire CSX comporte un compte privé, une Mastercard utilisable en ligne et pour des transactions sans frais à l’étranger, et d’une application sur mobile avec de nombreuses fonctions telles que la planification financière ou le libre-service.

crédit suisse

crédit suisse

Une version « CSX Young » est aussi prévue en déclinaison du service de base. Cette nouvelle version sera gratuite et prévue pour les clients dont l’âge se situe entre 15 et 25 ans. Ceux qui préfèrent les retraits en cash obtiendront une carte premium, qui leur permettra de retirer de l’argent auprès des distributeurs automatiques en Suisse, et ce, sans les moindres frais. Sachant que l’offre de base contient des frais de retrait à hauteur de 2 francs par opération. Les futurs clients de la version CSX Young auront une carte premium d’office et seront dispensés de taxe mensuelle. Par contre, pour obtenir la carte premium, il faudra s’abonner annuellement à hauteur de 47,40 francs. Le compte privé classique chez Crédit Suisse implique 110 francs par an. Cette offre intègrera le marché dans un contexte de concurrence assez dense avec les néo-banques existantes. On peut citer par exemple, Revolut, N26, Transferwise ou les offres Zak, Banque Cler et Néon.

 

Le monde est-il prêt à accueillir l’offre CSX ?

 

Pour de nombreuses personnes, cet investissement peut constituer un risque assez grand, dans la mesure où la banque assurance n’a jamais réellement fonctionné par le passé. Les puristes suisses auraient tendance à rester fidèles aux offres classiques et « physiques », ne faisant pas vraiment confiance aux moyens informatiques et au numérique, notamment au niveau des personnes âgées. Il semble aussi tout à fait clair que le fait de faire appel directement à un expert en la matière apporte plus de conseils ainsi qu’une meilleure qualité de service aux clients. Ce phénomène aurait un lien avec les barrières de la banque assurance numérique et des applications informatiques qualifiées de « robots ». Certains clients avisés préfèrent l’assistance d’une personne spécialiste à une application informatique. Selon eux, ce dernier étudiera minutieusement leur cas et qui se basera sur des faits et des conditions réels pour donner un avis subjectif et rigoureux sur leur finance. Il serait question de conflit de générations ? Malgré les avancées technologiques et dans le numérique, certains restent tout de même réticents à l’idée d’incorporer les applications à leur quotidien. Reste à savoir si la plateforme CSX de Crédit Suisse et AXA pourra faire la différence.

Lire plus d’actualités générales en Suisse :