assureurs-vont-perdre-55-milliards-dollars-crise-covid

Les assureurs vont perdre 55 milliards de dollars dans la crise du COVID

Crise de coronavirus : l’assurance enregistre une perte de 55 milliards de dollars

Après la crise du Covid-19, la reprise du secteur de l’assurance devrait se faire très rapidement, selon la dernière étude Sigma du géant de la réassurance Swiss Re. La crise a laissé une perte évaluée à 55 milliards de dollars (51,6 milliards de francs) dans le secteur. Lors d’un communiqué diffusé jeudi, Swiss Re soutient cependant que ce montant, découlant de nombreuses analyses, doit être examiné avec beaucoup de précautions, surtout avec les incertitudes actuelles.

assureurs-vont-perdre-55-milliards-dollars-crise-covid

Les primes d’assurances mondiales devraient atteindre leur niveau d’avant la crise aussitôt en 2021, considère le centre d’études de Swiss Re. Même avec un recul important de la demande en assurance cette année, le secteur devrait s’en remettre plus vite par rapport aux autres secteurs d’activité dans le monde. Il est d’ailleurs activé par la puissance des marchés émergents, comme la Chine. Ces derniers vont participer à l’augmentation totale de 1 % des primes sur le marché international en 2020 et de 7 % en 2021. « La résilience du secteur de l’assurance a été prouvée face à crise générée par le coronavirus, affirme Jérôme Jean Haegeli, économiste en chef de Swiss Re.

La résilience du secteur de l’assurance face à la crise

Les impacts de la pandémie se font tout de même sentir dans le secteur, avec une baisse de 6 % des primes d’assurance vie et de 0,1 % des primes d’assurance dommages à l’échelle internationale. Dans ce domaine, les branches du commerce et du voyage sont à l’origine de cette chute. Selon les analyses de l’institut, c’est l’activité assurance dommages qui va stimuler l’intégralité de l’industrie. Elle affiche effectivement des primes supérieures qu’avant la crise de coronavirus. Quant aux primes d’assurances vie, elles vont demeurer en dessous de ce niveau.

Les pertes seront compensées grâce à une bonne capitalisation des assurances. “Une grande partie des analyses externes évaluent les pertes maximales à hauteur de 100 milliards de dollars. Cela équivaut approximativement aux dommages occasionnés par les ouragans Harvey, Yrma et Maria en 2017. Le secteur a pu surmonter cette situation”, certifie Jérôme Jean Haegeli. La crise sanitaire coïncide à une période de hausse des primes dans l’assurance dommages. Conciliés à une éventuelle hausse de la demande, ces deux paramètres permettent d’anticiper une augmentation des revenus du secteur à long terme.

 

Voir plus d’actualités

 



dapibus Phasellus ut eget porta. consequat. ut