La manière dont la BCV a agi n’est pas correcte

La manière dont la BCV a agi n’est pas correcte


credit_hypothecaire


La manière dont la BCV a agi n’est pas correcte

La manière dont la BCV a agi n’est pas correcte ! Le problème ; une pénalité que la banque BCV a donné à un client après un achat immobilier avorté. Un expert a été mandaté par la justice et celui-ci est très sévère avec la banque. Vous signez un contrat pour un prêt hypothécaire de 760’000 francs puis 3 jours après, vous décidez d’annuler ce contrat. Jusque-là, tout va bien, mais la banque ne l’entend pas de cette oreille et la mésaventure de cette personne ; Joao ne fait que commencer. Quelle n’est pas sa surprise de constater quelques mois plus tard, en se rendant sur son compte que la BCV a pris 72’000 francs sur son compte épargne comme compensation de l’annulation de son contrat. Le Tribunal va inviter les deux parties à un conciliation, mais ceux-ci resteront sur leurs positions. Il est difficile de se battre contre une montagne ; la BCV affirme être dans son bon droit et dit légitime de demander 72’000 francs de frais de résiliation du prêt hypothécaire.

Il ne fait pas bon de changer d’avis avec la Banque BCV !

C’est un expert vaudois qui est mandaté pour faire toute la lumière sur cette histoire. La fiduciaire fustige l’attitude de la Banque Cantonale Vaudoise bien même que le plaignant avait signer un contrat et qu’il aurait du aller à son terme. La banque selon l’expert aurait dû attirer l’attention du plaignant en lui indiquant que si l’opération n’était pas réalisée avant le 31 mars 2015, il devait s’attendre à une pénalité, ce qui n’a jamais été fait. La manière dont la BCV a agi n’est pas correcte et estime que la Banque BCV a fait prendre des risques à son client bien qu’une indemnité peut être justifiée d’un point de vue légal. Toutefois, cette dernière est très excessive et c’est ce que conteste Joao auprès du Tribunal.

La non-utilisation d’un prêt est pénalisable !

La banque BCV a failli à son devoir d’information, c’est ce qui ressort de l’enquête de l’expert. Le montant de l’amende ne correspond à aucun dommage dans la liste des pénalités dénonce le défenseur de Joao, Me Eric Muster. L’avocat de la banque BCV indique lui que même une non-utilisation d’un prêt donne une indemnisation à la banque, pour preuve, toutes les banques procèdent de la même manière.


credit_hypothecaire


 

Sur le même sujet

Vers la suppression de la valeur locative

Libor 3 mois CHF

Rénovation



60b038ef44d26847a20a9ddb1d9bad7dbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbb amet, Curabitur id vulputate, fringilla libero sit dolor ut sem, odio nec