Crise du coronavirus : Ruiz et Poggia lancent un appel aux assureurs

Crise du coronavirus : Ruiz et Poggia lancent un appel aux assureurs

Pour faire face à la pandémie, les assureurs doivent soutenir l’effort collectif, selon les ministres de la Santé Rebecca Ruiz et Mauro Poggia.

La confrontation par média interposé se maintient entre d’un côté les ministres de la Santé et de l’autre côté les assureurs. Le débat concerne les coûts occasionnés par le coronavirus.

Rebecca Ruiz et Mauro Poggia ont soulevé mercredi que les assureurs devraient également se montrer solidaires face à l’effort collectif. « À quoi peuvent servir les réserves si elles ne sont pas exploitées au moment de la pandémie ? » s’interroge la ministre vaudoise dans « 24 Heures ».

Elle a réitéré les mêmes propos énoncés la veille dans les journaux romands de Tamedia par le directeur de curafutura, l’une des faîtières des assureurs. Pius Zängerle a souligné qu’il n’est pas concevable de combler le déficit des hôpitaux avec les réserves des assureurs. Dès que les ministres de la santé alémaniques ont suggéré cette possibilité, la faitière a fait part de sa situation au cours d’un communiqué publié le 21 avril.

Elle considère que les réserves sont suffisantes, elles peuvent éventuellement servir à combler la perte dans un second temps. Néanmoins, Rebeccas Ruiz insiste sur le fait que les réserves doivent profiter avant tout aux assurés. De ce fait, les assureurs doivent s’en servir dans le cas où il y a une augmentation des coûts. À l’inverse, si une baisse est enregistrée, cela doit être indiqué dans les primes, explique-t-elle.

Crise du coronavirus  Ruiz et Poggia lancent un appel aux assureurs

Le remboursement de l’intégralité des tests de dépistage par les assureurs

Dans la « Tribune de Genève », Mauro Poggia soutient le remboursement des tests de dépistage par les compagnies d’assurance, sans franchise ni participation. Pour l’heure, l’assurance n’a remboursé que ceux présentaient des symptômes importants, évoque-t-il. Il a d’ailleurs insisté sur le fait qu’il est indispensable de ne pas décourager les gens à faire le test.

À propos des pertes enregistrées par les hôpitaux, le ministre genevois admet qu’il est évident que les assureurs n’auront pas à payer les opérations qui ont été ajournées. Toutefois, il juge qu’une discussion devrait se tenir concernant le coût des séjours des patients touchés par le coronavirus. Pour le moment, la facture d’un patient Covid est identique à celle d’un patient ordinaire.

« C’est omettre que pour recevoir ce patient Covid, deux autres lits sont demeurés inoccupés », rétorque Mauro Poggia.

Les deux ministres ont été interviewés concernant le fait que les assureurs souhaitent conserver leurs réserves pour une seconde vague. Les ministres ont soulevé que ces derniers disposent d’une réserve estimée à environ 5 milliards de francs, un montant plus élevé par rapport à celui prévu par la loi. Les deux ministres lémaniques se montrent indifférents quant à la critique d’impréparation proclamée par le président de curafutura.

 

En savoir plus sur la gestion d’entreprise et les assurances :



ut at fringilla Praesent vulputate, sem, Aenean