déclaration impôts suisse

Tout savoir sur la déclaration d’impôts en suisse

Tout savoir sur la déclaration d’impôts en suisse

La déclaration des impôts est une procédure inévitable pour chaque citoyen actif du monde et le peuple helvétique ne fait guère exception à la règle. Considérée comme un paradis fiscal, la Suisse présente une fiscalité qui se démarque légèrement des autres. Et lorsque le temps est venu pour un résident suisse de déclarer ses impôts, il reste primordial de connaitre certaines bases pour éviter les complications avec les autorités fiscales du pays. Voici donc ce qu’il faut savoir lorsqu’il s’agit de déclarer ses impôts en suisse.

Quelques particularités sur la fiscalité suisse

Avant toute chose, il faut savoir que la régularisation des impôts en suisse s’effectue sur trois niveaux. Les impositions sont réalisées au niveau des cantons, des communes et de la fédération. Mais dans un cas pratique, les contribuables adressent leur déclaration uniquement au niveau cantonal. La répartition est par la suite prise en charge par les offices cantonaux. En parlant d’ailleurs des cantons, chacun d’entre eux peut établir leurs propres politiques d’imposition. Effectivement, les barèmes et les sujets d’imposition sont fixés au niveau cantonal et chaque décision peut être soumise à un vote du conseil, voire aux citadins du canton en question.

Lorsqu’on parle d’impôts, on fait souvent référence aux impôts sur le revenu, aux taxations ou à quelques impositions spécifiques telle que les impôts sur la fortune, les propriétés, ou ecclésiastiques. Les impôts sur le revenu ne constituent pas de complications particulières lorsque ces derniers sont prélevés à la source. Dans ce cas précis, l’entreprise employeuse se charge de déclarer lui-même les impôts sur le revenu de ses salariés et le communique par la suite dans sa fiche de paie. Il en est de même pour les taxations qui sont dans la plupart des cas, récoltés et inclus dans les prix de vente ou d’achat.

Toutefois, les contribuables ne sont pas pour autant tirés d’affaire, et se doivent tout de même d’entamer quelques procédures pour régulariser leur situation fiscale. Certains documents sont à préparer, et une déclaration doit être adressée aux autorités fiscales. C’est pour cette raison qu’il serait intéressant de savoir quelles sont les diverses étapes à suivre pour accomplir cette tâche fastidieuse et obligatoire.

En ce qui concerne les entreprises, le comptable reste à la charge des déclarations. Mais pour ce qui est des citoyens, la plupart ont recours à des prestataires qui prennent entièrement en charge leur déclaration, ce qui est fortement conseillé afin d’éviter les mauvaises surprises. Nous pouvons prendre l’exemple de We Fidu qui vise à accompagner et conseiller les entreprises et particuliers dans la réalisation de leur déclaration d’impôts.

Impôts suisse

Se préparer à sa déclaration d’impôts

En règle générale, la véracité des déclarations se base sur la bonne foi des contribuables déclarants. Ces derniers sont supposés déclarer les bonnes données et les exceptions et procédures de contrôle ne sont entamées que lorsque le doute survient vis-à-vis des écarts possibles. Quoi qu’il en soit, le déclarant se doit d’en savoir un minimum sur les étapes à suivre lorsque le moment de déclarer ses impôts survient.

La première étape consiste à connaitre et rassembler les documents nécessaires à la déclaration. Ce rassemblement nécessite une préparation à l’avance, notamment lorsqu’il s’agit de les préserver quelque part dans un classeur ou un bureau dans la mesure où la perte de l’une de ces pièces du dossier pourrait engendrer de grosses difficultés par la suite. Ces documents ne sont autres que :

– Les certificats ou les fiches de paie pour les deux conjoints si vous êtes mariés

– Les attestations d’indemnités et reçus en tout genre délivrés par votre employeur. Ces documents serviront par la suite à déduire certains frais déductibles à votre base imposable.

– Les attestations de propriétés lorsque vous êtes détenteurs de titres. Les attestations d’intérêts sont à récupérer auprès des instituts bancaires, de même que pour les relevés. Lorsque vous bénéficiez d’un dividende, un livret d’épargne et autres justificatifs de vos revenus sur les dividendes seront requis.

– Enfin, pensez à garder en lieu sûr certains documents importants tels que vos récapitulatifs de revenus locatifs sur vos propriétés, les attestations d’assurances, de prévoyances et assurances maladie, de dons, de cotisations en tout genre et les quittances de crèche.

Vous l’aurez vite compris, les documents à rassembler dépendent surtout de votre situation personnelle et de la nature de vos biens et activités. D’un point de vue général, il reste judicieux de préserver tout type de documents qui peuvent justifier vos propriétés, vos revenus et vos indemnités en plus des attestations d’appartenance et d’activités au niveau des organismes sociales.

La deuxième étape concerne le remplissage de votre déclaration. De nos jours, il est tout à fait possible de remplir sa déclaration directement sur internet grâce à de nombreuses plateformes et des logiciels agréés par les cantons. Chaque canton dispose normalement de son propre site pour les déclarations d’impôts. Les instructions à suivre sont à la disposition du contribuable. Néanmoins, certains points de calculs restent tout de même difficiles à cerner, raison pour laquelle il reste préférable de se faire accompagner pour éviter la moindre erreur. Il est nécessaire de se focaliser essentiellement sur la détermination des sujets imposables, de la base et des déductions possibles.

Certains montants restent forfaitaires, d’autres sont affiliés à un barème présentant un seuil d’imposition à connaitre. Vient ensuite l’application des taux d’imposition selon la nature et le montant des bases imposables. Mais lors de la détermination de cette base, il est important d’effectuer les différentes déductions possibles. Par exemple, il est souvent très facile pour un contribuable de révoquer à peu près 3000 CHF sur ses impôts fédéraux directs. Mais il reste très difficile d’en faire la réclamation sans l’accompagnement d’un spécialiste en la matière. L’économie réalisée reste généralement nettement supérieure aux coûts des prestations d’aide aux déclarations d’impôts.

Et enfin, la dernière étape constitue bien évidemment l’envoi de la déclaration aux autorités. La période d’envoi se situe majoritairement au cours du premier trimestre de l’année suivant la période imposable. Les délais varient légèrement selon les cantons, mais le délai le plus courant reste en fin Mars. Après soumission de votre déclaration, celle-ci sera contrôlée durant les quelques mois à venir avant de faire l’objet d’une validation, si tout se passe bien, ou d’une demande de rectification ou justification selon les cas. Les éléments de contrôle incluent généralement l’application des taux, le bon choix des barèmes, la crédibilité des chiffres déclarés, ou quelques petites erreurs qui pourront être corrigées sans difficulté.

En cas de complications majeures, n’hésitez surtout pas à faire appel à un professionnel pour éviter toutes pertes de temps et d’argent inutiles. À rappeler que la déclaration d’impôts relève de la responsabilité personnelle de tout un chacun.

 

En savoir plus :

 



odio diam nec id vel, ut ut mattis