déclaration impôts

Quand dois-je faire ma déclaration d’impôts ?

Quand dois-je faire ma déclaration d’impôts ?

On ne sait jamais quand il faut commencer à faire sa déclaration d’impôts. Nous ne nous rendons en fait jamais compte du temps qui s’est écoulé avant de recevoir une sommation ou une notification de la part de l’administration fiscale. Très peu de gens s’en tirent en fait sans trop d’anxiété avec les questions de délais et ce ne sont pas les contribuables suisses qui feront exception. En fonction de la localité dans laquelle on se trouve, c’est-à-dire, en fonction du canton où l’on réside, les règles relatives à tout ce qui concerne le paiement des impôts peuvent varier sans préjudice bien entendu des dispositions qui restent applicables sur l’ensemble du territoire de la confédération.

Un des principes essentiels en termes de fiscalité reste en effet le partage de compétence entre l’État fédéral, les différents cantons et les communes en son sein. Cela se traduit concrètement par le biais des différents types d’impôts qui relèvent respectivement de la compétence de chacun d’eux, soit de façon exclusive soit de façon partielle puisque perçu à un autre niveau que le sien. En tout cas, en ce qui concerne la fameuse déclaration d’impôts, sa perception se fait au niveau cantonal et bien que chacun est plus ou moins libre de fixer les règles relatives à son prélèvement, il existe des données qui restent invariables du moins si l’on n’évoque que celui de la période et de la durée accordée pour remettre la déclaration d’impôts.

Si nous devions donc répondre à la question du moment opportun pour faire sa déclaration d’impôts, nous répondrons tout de suite en disant : le plu tôt possible ! la raison et simple, la déclaration d’impôts est censée rendre compte de nos actions et situations de l’année précédente, aussi, on doit être en mesure d’en rendre compte avant de commencer une nouvelle année.

De plus il serait tout à fait normal d’être en position de l’établir si on a pu tenir un calendrier suffisamment à jour de tout ce qu’on s’est donné pour objectif de faire ainsi que des obligations auxquelles on doit se soumettre.

Ce qu’il faut savoir sur la planification fiscale

Faire sa déclaration le plus tôt possible

On pourrait facilement nous reprocher d’avancer cette affirmation qu’il faut établir sa déclaration d’impôts le plus tôt possible, et ce non pas parce qu’on ne serait pas d’accord pour s’en charger dans les plus brefs délais, mais tout simplement parce que c’est plus facile à dire qu’à faire. Il s’agit d’une tâche plus ou moins complexe qui en même temps qu’elle requiert du temps pour pouvoir tout établir et consigner, en requiert également pour pouvoir rassembler les données, pièces et justificatifs qui doivent l’accompagner.

Ce n’est en outre pas quelque chose que nous pouvons prendre à la légère ou accomplir de façon expéditive, et cela pour au moins deux raisons : la première c’est que c’est une question d’argent. En effet, qu’on le veuille ou non, la déclaration d’impôts sert de base à l’administration fiscale cantonale dans son travail de calcul du montant de l’impôt par chaque contribuable. Ce dernier peut le devoir du fait de ses activités professionnelles, qu’elles soient indépendantes ou insérées dans un domaine bien précis et entouré de collègues qui ont chacun leurs rôles ou bien du fait de biens qu’il a en sa disposition, biens dont il aura hérité.

Ne serait-ce alors qu’en se basant sur ces deux types d’éléments, on devine combien il est difficile pour le citoyen normal de s’en sortir sans y laisser quelques plumes, dans tous les sens du terme. Le plus tôt possible serait donc soit dès le moment où l’on obtient une partie de donnes à compléter, ce qui fait qu’on la préparera au jour le jour. Soit on attend le moment où plu aucun élément ne viendra plus s’ajouter à l’ensemble des données disponibles, auquel cas, il aura fallu bien évidemment avoir préalablement bien rangé et classifier toutes les pièces qui se sont accumulées au fil des mois.

Ne pas dépasser la première moitié du trimestre de l’année qui suit

Pour mieux fixer la date à laquelle il faut commencer à songer à sa déclaration d’impôts, il faut se référer au délai initialement posé par l’administration chargée de la récolter. De ce fait, la limite posée par la plupart des cantons de la confédération et qui est fixée soit à la première moitié du premier trimestre de l’année qui suit, le 15 mars, ou bien jusqu’à la fin de celle-ci, le 31 mars, nous permet de conclure que nous disposons de plus ou moins 3 mois, soit un peu moins quand le délai initial est fixé au 15 du mois, pour commencer et boucler notre déclaration dans la mesure où l’on ne s’y est mis qu’à partir du mois de janvier. Néanmoins, ce bref laps de temps est rarement suffisant.

On sait d’ailleurs que la plupart des gens n’ont pas que ça à faire et malgré une volonté de s’en acquitter dans les plus brefs délais, on se retrouve vite démuni et perdu par rapport à ce qui nous reste à faire. Dans ce sens, revendiquer l’aide d’un fiduciaire qui peut nous conseiller et nous empêcher de remplir la déclaration à tort et à travers pour que ce ne soit pas à nos risques et périls constitue une alternative qu’il convient dès à présent de bien évaluer.

remplir impôts

 

En savoir plus :



commodo quis, mi, libero non velit, consectetur vel, id, Aenean