impôt genève

 

Comme dans tous les pays du monde, les impôts représentent près de 80 % des revenus perçus par l’état. Les impôts ont pour but de financer les infrastructures et les services publics ou sociaux pour prévenir les besoins de la population, notamment au niveau de la sécurité, de la santé et de l’éducation pour le peuple suisse. Toutes personnes résidentes en Suisses étant dans l’obligation de participer au mouvement à travers la déclaration de l’impôt qui constitue une obligation fiscale, il reste important de s’informer un minimum sur l’impôt en Suisse. À titre de rappel, les conditions d’imposition en Suisse varient selon les cantons. Nous verrons de plus près les conditions de l’impôt sur le canton de Genève.

Les principaux types d’impôts en vigueur dans la commune de Genève

Il faut savoir avant toute chose que la fiscalité suisse s’effectue sur trois niveaux bien distincts : l’impôt fédéral, l’impôt cantonal, et l’impôt communal. Tous les contribuables du canton de Genève qui perçoivent un revenu quelconque se doivent de remplir leur déclaration d’impôt chaque année auprès de l’administration fiscale du canton de Genève. L’état de Genève se chargera de prélever l’impôt cantonal et communal. Il existe plusieurs types d’impôts appliqués en suisse, notamment sur le canton de Genève. Parmi les plus importantes, nous avons les impôts sur les revenus, les impôts sur la fortune, et bien entendu, les taxes en tout genre.

Impôt sur les revenus

Comme son nom l’indique, l’impôt sur les revenus concerne l’imposition sur tout type de revenus ou le bénéfice sur activité perçu par un contribuable suisse. Il s’agit incontestablement de la plus grosse charge fiscale dans la mesure où il s’agit d’un prélèvement direct sur les gains ou revenus perçus par le contribuable dans l’exercice de son activité lucrative sur la période fiscale en cours, qu’il soit indépendant ou salarié. L’imposition sur les revenus pour un salarié dans le canton de Genève se fait dans la plupart des cas, à la source. Dans ce cas précis, l’impôt est prélevé directement par l’employeur au niveau du salaire brut et ce prélèvement fiscal est nettement visible sur la feuille de salaire de l’employé. Toutefois, si les revenus du salarié dépassent les 500 000 CHF l’année, il sera tout de même obligé de remplir une déclaration fiscale ordinaire.  Aussi, il ne faut surtout pas confondre l’imposition à la source et le barème d’impôt à la source qui servira de barème pour définir le taux de prélèvement selon les revenus sur prestation ou activité. Le taux d’imposition appliqué est défini selon le barème de l’état de Genève qui reste disponible sur le site officiel fiscal de la commune ou état de Genève.

Impôt sur la fortune

Un autre type de prélèvement d’impôt direct qui se base sur les propriétés ou revenus sur possession. Pour résumer, l’administration fiscale suisse va prélever une participation sous forme d’imposition sur les biens que possède un contribuable. Les propriétés peuvent être immobilières, matérielles, ou même animales selon les cas. On peut aller de la propriété d’une maison à la propriété canine. Tout comme pour l’imposition sur les revenus, l’imposition sur la fortune consiste à appliquer un taux d’imposition sur une base imposable, qui est d’ailleurs à déterminer au préalable.

Impôt sur la consommation ou les taxes

Contrairement à tout autre type d’imposition, l’impôt sur la consommation ou tout simplement la taxation, ne fait pas l’objet d’une déclaration chaque année ou autre. La taxation est incorporée directement dans le prix d’achat ou de vente d’un produit, d’un bien ou d’un service. Le taux d’imposition sur les taxes a été fixé à 7,7 % en Suisse depuis 2018. La TVA pour les services d’hébergement est à 3,3 % et celle pour les produits dits « vitaux » tels que les médicaments, les aliments essentiels, les livres ou encore les journaux ne s’élève qu’à 2,5 %.

Dans le cadre d’une déclaration professionnelle faite par les entreprises, le principe reste le même. Dans le canton de Genève, les sociétés de capitaux telles que les SA et les SARL et les coopératives sont aussi soumises à l’imposition cantonale et communale, ainsi qu’à l’imposition fédérale suisse sur la période fiscale de leur exercice.

 

La déclaration d’impôt et son calcul

À présent que nous avons pu voir les principaux types d’impôts appliqués sur le canton de Genève, nous allons nous intéresser à la façon de déclarer ses impôts et comment le calculer. Le moyen le plus simple de procéder à la déclaration fiscale de ses impôts reste la déclaration en ligne. Si nous devions auparavant nous rendre personnellement auprès de l’administration fiscale de l’état de Genève pour déclarer ses impôts, il est aujourd’hui tout à fait possible de tout faire en ligne. Pour cela, il suffit de visiter le site officiel de l’état de Genève pour remplir votre fiche de déclaration fiscale ou d’impôt. Il suffira au contribuable de renseigner quelques informations sur ses revenus ou son bénéfice, son activité, sa situation familiale, puis de téléverser si nécessaire quelques documents à adresser en ligne à l’administration fiscale du canton de Genève. Cette dernière se chargera par la suite de valider les informations avant de procéder à une demande de paiement de la part du contribuable. Vous y retrouverez aussi les différents barèmes sur l’imposition à la fortune ou sur les revenus pour déterminer le taux d’imposition à appliquer sur votre base imposable. Il reste aussi possible de remplir sa déclaration d’impôt sur papier ou avec GeTax. Getax est une application dédiée à la déclaration fiscale du canton de Genève.

En ce qui concerne le calcul, le faire manuellement peut sembler compliqué. Mais à l’aide d’un calculateur en ligne, toujours en renseignant un formulaire, vous aurez aussi la possibilité de déterminer approximativement le montant de l’impôt à payer sur la fortune ou les revenus. Dans tous les cas, si vous n’êtes pas sures de vous, il reste préférable de faire appel à un expert en la matière pour vous aider dans vos démarches de déclaration d’impôts. Les prestations d’accompagnement fiscal vous serviront surtout à réduire le montant que vous paierez pour vos impôts. En effet, il reste tout à fait possible de réduire ses impôts de plusieurs façons et ainsi économiser quelques francs sur l’impôt, notamment par le biais de quelques déductions dont vous avez droit d’office et de votre assurance prévoyance, surtout au niveau du 3e pilier. Vous pourrez en parler à un consultant fiscal qui se chargera de vous attribuer conseil et appui sur les déductions possible et dans vos démarches au niveau de l’administration fiscale sur la commune ou l’état de Genève.

En savoir plus sur la fiscalité en Suisse :



Nullam sem, tristique quis, venenatis, nec id felis Aliquam Donec risus ut