Les banques suisses face à crise du coronavirus

Les banques suisses face à crise du coronavirus

Les banques suisses face à crise du coronavirus

D’après une étude menée par Standard & Poor, les banques suisses seront gravement affectées par les conséquences de la crise du coronavirus. Les troubles seront notamment se sentir dans le domaine du crédit. L’agence de notation Standard & Poor’s (S&P) suppose que les effets seront de courte durée. Néanmoins, la robustesse de la place financière helvétique n’est pas remise en question.

La pandémie de Covid-19 aura des répercussions sur la rentabilité et la qualité des actifs du secteur bancaire, avertit S&P lors d’une étude diffusée mercredi. Les pertes de crédit s’avèrent être la menace ultime à laquelle les sociétés en Suisse devront faire face.

Par rapport à l’évolution du marché hypothécaire helvétique, l’agence fait preuve de prudence. Elle considère également que la crise du coronavirus pourrait limiter les déséquilibres entre le segment des maisons individuelles.

La diminution des prix pour les propriétés par étage suscite quelques appréhensions. Mais les craintes se focalisent davantage sur l’immobilier de rendement. Avec un taux assez bas, pratiquement négatif, ce type d’investissement est très recherché. Aussi, cela pourrait engendrer une augmentation de l’offre en logements par rapport à la demande.

Cette année et l’année à venir, les risques de crédit vont s’accroitre, soutient S&P. Toutefois, cette hausse est encore aléatoire étant donné que les niveaux étaient bas en Suisse d’après les archives. Les choses devront reprendre leur cours normal d’ici 2022.

Les banques suisses face à crise du coronavirus

Numérisation des activités en retard

Standard & Poor’s désapprouve le retard du secteur pour ce qui est de la numération des activités. Les sociétés de technologie financière ont une longueur d’avance par rapport aux banques suisses traditionnelles. Néanmoins, ce « risque de disruption » est assez restreint.

La grande partie des établissements suivis par l’agence affichent un aspect stable, notamment UBS et Crédit Suisse. Aussi, elle ne pronostique aucune dégradation massive de leurs notes de crédit. La Banque cantonale de Genève affiche de très bons résultats, contrairement au spécialiste du crédit à la consommation Cembra Money Bank dont les résultats sont « négatifs ». Cette insouciance est justifiée par la stabilité financière des ménages et des entreprises en grande partie. En effet, ils pourront tenir le coup face à la crise.

Les spécialistes de S&P admirent les mesures de soutien à l’économie validées par la Confédération et les cantons. La pandémie de Covid-19 va engendrer un recul en Suisse cette année et en même temps diminuer le produit intérieur brut (PIB) de 6,5 %. Toutefois, cette récession est inférieure à celle attendue dans la zone euro, qui est de -7,3 %. L’agence de notation suppose une augmentation du PIB suisse de 6,3 % et 4 %, respectivement pour 2021 et 2022. Une tentative de relance en forme de U est en vue.

 

En savoir un peut plus sur les banques et crises provoqué par le covid-19 :



libero. leo Donec Lorem mi, commodo velit, elementum amet, leo. ultricies vulputate,