AVEC WE GROUP, VOUS ÊTES MIEUX COUVERTS ET POUR MOINS CHER !

Bénéficiez de la même couverture d’assurance maladie mais pour moins cher !

POURQUOI CHANGER DE CAISSE MALADIE ?

Le fonctionnement de la caisse maladie est basé sur un système de concurrence entre plusieurs compagnies. Ce système garantit une compétitivité entre les assureurs afin qu’ils offrent un meilleur service et garantissent les primes les plus basses possibles.
Le système de concurrence offre aux assurés la liberté de changer d’assurance maladie chaque année. En comparant vous avez la possibilité de réaliser d’importantes économies et d’alléger votre budget.
Chaque année 800’000 personnes changent de caisse maladie

Pourquoi pas vous ?
Comparez sans engagement de votre part afin de réaliser des économies


Assurance maladie LAMAL (AOS)

L’assurance obligatoire des soins, également appelée « assurance de base », est obligatoire pour chaque résident suisse depuis 1996. Chaque citoyen peut choisir une caisse maladie qui le couvrira pour les soins de base, tels que les consultations auprès d’un médecin généraliste ou un spécialiste, ou encore les hospitalisations et les médicaments.

Plus de détails

L’assuré peut choisir entre plusieurs modèles d’assurance avec différents fonctionnements, et une franchise plus ou moins élevée, en fonction de sa situation. Il peut comparer et changer de caisse maladie ou de modèle chaque fin d’année pour l’année suivante, moyennant le respect de quelques règles. Il a également la possibilité de souscrire à des assurances complémentaires afin d’améliorer sa couverture.

Que vous l’appeliez assurance de base, assurance obligatoire des soins (AOS) ou LAMal, vous avez l’obligation de contracter cette assurance sociale si vous êtes résident permanent en Suisse.

L’assurance de base, qu’est-ce que c’est ?

La loi sur l’assurance maladie de base obligatoire, également appelée LAMal, a été fondée en Suisse en 1996. Nous avons la chance d’avoir un système de santé comptant parmi les plus performants au monde, mais son fonctionnement est assez complexe et souvent mal compris par la population. Ce système est au centre de beaucoup de débats pour sa politique et son financement. Chaque citoyen résidant en Suisse a l’obligation de s’assurer auprès d’une caisse maladie pour l’assurance de base, et il a également le choix d’améliorer sa couverture en souscrivant des assurances complémentaires.

Lechoix est très vaste, car notre pays possède plus de 60 caisses maladie différentes qui couvrent toutes les mêmes prestations pour l’assurance de base. Il existe une concurrence de prix entre les caisses maladie, car chaque établissement fixe ses primes en fonction des coûts de la santé de ses assurés. Ces primes sont soumises et approuvées chaque année par l’Office fédéral de la santé publique, avant d’être envoyées à la population en fin d’année. Depuis son introduction en 1996, la LAMal fait toujours débat autour des augmentations des primes des assureurs maladie, lesquelles provoquent souvent le mécontentement de la population et relancent l’éternel débat sur le financement d’un système de santé qui coûte plus de 50 milliards par année.

Un assuré doit non seulement s’acquitter d’une prime d’assurance dans la caisse maladie de son choix, mais il devra également supporter les coûts de la franchise et de la quote-part. Chaque personne peut choisir un modèle d’assurance de base et la franchise la mieux adaptée à sa situation actuelle. Chaque fin d’année, l’assuré a la possibilité de changer de caisse maladie au 31 décembre. Il doit cependant respecter le délai de résiliation fixé à 1 mois.

Quelles sont les personnes assurées par l’assurance de base ?

Les citoyens suisses ont tous l’obligation de contracter l’assurance obligatoire des soins auprès d’une caisse maladie. A la naissance, ou dès l’arrivée en Suisse, la personne ou son représentant légal dispose d’un délai de 3 mois pour faire le nécessaire.

Il existe plusieurs classes d’âge pour l’assurance de base. Un enfant bénéficie d’une prime moins chère qu’un jeune adulte ou qu’un adulte. De la naissance à la majorité de l’enfant, la prime de l’assurance de base est identique. Puis elle augmente fortement, une première fois, au 1er janvier de la 19ème année où l’on entre dans la catégorie « jeune adulte ». Dès le 1er janvier de la 26ème année, un jeune adulte passe dans la catégorie « adulte » et la prime augmente une seconde fois. Par la suite, la prime n’augmentera plus, sauf lors des changements de tarifs en fin d’année, liés à l’augmentation des coûts de la santé.

Les caisses maladie ont l’obligation d’assurer une personne qui n’a malheureusement pas la chance d’être en bonne santé. Que vous soyez né avec un souci de santé, nouvel arrivant en Suisse avec un problème de santé ou que votre santé se soit dégradée avec le temps, un assureur maladie a l’obligation de vous couvrir pour l’assurance de base. A contrario, une caisse maladie a le droit de refuser une couverture d’assurance complémentaire à un assuré, et cela sans devoir justifier sa décision.

Que couvre mon assurance de base ?

L’assurance obligatoire des soins couvre un large éventail de prestations en cas de maladie, de maternité ou d’accident, si l’assuré n’est pas déjà couvert par une assurance accident professionnelle.

L’assurance maladie obligatoire couvre tous les soins dispensés par des professionnels de la santé, tels que les médecins généralistes, les médecins spécialisés ou certains thérapeutes en médecines naturelles. Les coûts liés à une hospitalisation dans votre canton de domicile et les médicaments prescrits sur ordonnance sont également couverts par l’assurance obligatoire des soins.

Voici la liste non-exhaustive des prestations de l’assurance de base :

  • les traitements ambulatoires dispensés par un médecin
  • les traitements ambulatoires dispensés dans un hôpital
  • les séjours stationnaires dans un hôpital de votre canton selon le standard de la chambre commune
  • les analyses et les appareils de diagnostics prescrits par un médecin
  • les médicaments et les prestations de pharmaciens prescrits par un médecin
  • les séjours en cas d’accouchement dans un hôpital ou une maison de naissance
  • certains traitements de médecines naturelles

Comment choisir mon assurance de base ?

Choisir la bonne caisse maladie est une tâche fastidieuse et compliquée. Il existe tellement de possibilités et de solutions que finalement, le plus simple est de s’adresser à un professionnel du domaine de la caisse maladie. Il est évident qu’une compagnie d’assurance ne peut proposer que son propre produit. Ainsi, nous vous recommandons de nous contacter, afin de pouvoir bénéficier d’une comparaison neutre du marché.

Les facteurs qui influencent le choix de la bonne caisse maladie sont nombreux. Pour commencer, la commune et le canton vont jouer un rôle majeur dans la détermination de la prime, car un assureur maladie peut proposer une prime très bon marché dans un canton, et très chère dans un autre. Pour l’assurance de base, chaque caisse maladie a la liberté de créer des modèles alternatifs comme le système du médecin de famille, la télémédecine ou les réseaux de santé, pour essayer de proposer des primes plus attractives à leurs assurés.

Le choix de la franchise peut fortement influencer la prime de votre assurance maladie. Il est donc important de bien y réfléchir. Étant donné que chaque compagnie a l’obligation de fournir les mêmes prestations, le prix et la qualité du service à la clientèle sont les deux facteurs déterminants pour le choix de sa caisse maladie.

Quel modèle d’assurance de base me convient le mieux ?

Dans chaque caisse maladie il existe plusieurs modèles d’assurance de base qui fonctionnent différemment les uns des autres. Certains proposent la liberté du choix du médecin, et d’autres des contraintes supplémentaires pour l’assuré en contrepartie d’une prime meilleur marché. Le modèle standard laisse la liberté à l’assuré de consulter le médecin généraliste ou le spécialiste de son choix, sans contraintes particulières. Ce modèle d’assurance est le plus libre, mais aussi le plus coûteux pour la personne qui le choisit.

Il existe 3 autres modèles alternatifs principaux qui imposent différentes contraintes que les assurés sont obligés de respecter, s’ils ne veulent pas s’exposer à des restrictions de prestations. Tous ces modèles sont disponibles pour toutes les classes d’âge et toutes les franchises, mais pas dans toutes les régions de Suisse.

Le modèle alternatif de la télémédecine

L’assuré s’engage à téléphoner à une centrale de conseils médicaux avant de consulter un médecin généraliste ou un spécialiste. Le personnel médical écoute et analyse la situation de l’assuré avant de lui émettre des conseils d’automédication ou de l’envoyer vers un médecin ou un hôpital. Certaines caisses maladie sont plus restrictives et imposent le médecin ou l’hôpital, ou alors elles aiguillent l’assuré pour recevoir des soins.

L’assuré bénéfice d’un important rabais sur la prime de son assurance de base, car il évite des consultations inutiles chez le médecin et contribue ainsi à diminuer les coûts de la santé. Ce modèle d’assurance est très apprécié par les personnes qui n’ont pas de médecin généraliste habituel ou qui ont choisi une franchise élevée.

Le modèle alternatif du médecin de famille

L’assuré s’engage à toujours aller consulter son médecin généraliste de premier recours qu’il a choisi et communiqué à sa caisse maladie. Ce médecin généraliste décidera si son patient a besoin d’aller consulter un spécialiste ou un autre prestataire de soins.

L’assuré bénéficie d’un rabais sur sa prime de l’assurance obligatoire des soins, car il contribue à diminuer les coûts de la santé. Ce modèle est très répandu, car il ne change pas beaucoup les habitudes des assurés qui ont un médecin de famille habituel ou un pédiatre pour leurs enfants.

Le modèle alternatif du réseau de santé

L’assuré choisit un groupement ou une permanence médicale qui rassemble des médecins généralistes et des spécialistes dans un seul établissement. Le premier contact lors d’un souci de santé passera toujours par le même médecin qui, en fonction des cas, guidera son patient vers un collègue spécialiste. Ce modèle alternatif permet d’ouvrir un seul dossier pour le patient et ainsi, de diminuer les coûts de la santé et les coûts administratifs.

Dans certains cantons, surtout en Suisse romande, les réseaux de santé fonctionnent un peu différemment. Les médecins ne sont pas forcement regroupés dans un seul établissement, mais collaborent ensemble en fonction de leurs spécialisations. Sur une liste émise par la caisse maladie, les assurés choisissent un médecin généraliste de premier recours qui fonctionnera comme médecin de famille et aiguillera le patient vers un spécialiste partenaire pour des diagnostics complémentaires. Le réseau des médecins assume une responsabilité budgétaire qui l’incite à offrir des prestations au meilleur rapport qualité-prix possible.

L’assuré bénéfice d’un rabais sur la prime de son assurance de base. Du fait des contraintes citées ci-dessus, ce rabais est souvent le plus élevé par rapport aux 2 autres modèles alternatifs. Il est également possible que le médecin habituel d’un assuré soit sur la liste des médecins du réseau de santé de son canton de domicile. Dans ce cas, en modifiant son modèle d’assurance de base, un assuré peut réaliser d’importantes économies sans grand changement de ses habitudes.

Il est possible de réaliser d’importantes économies en modifiant le modèle de son assurance de base et en acceptant certaines contraintes. Mais attention, avant d’entreprendre ces changements il serait judicieux de nous demander conseil, car nous vous proposons une évaluation personnelle de votre caisse maladie afin d’éviter une mauvaise compréhension du système et par conséquent, des surprises désagréables lors d’éventuels remboursements de prestations médicales.

Comment choisir la franchise de mon assurance de base ?

Dans chaque caisse maladie il existe différentes franchises que l’assuré peut librement choisir en fonction de sa situation. Ces franchises dites à option sont modifiables chaque fin d’année pour l’année suivante, et sans contraintes liées à l’état de santé de la personne.

Franchise pour les enfants (0 à 18 ans)

CHF : 0 / 100 / 200 / 300 / 400 / 500 / 600.

Franchise pour les adultes (19 ans et plus)

CHF : 300 / 500 / 1000 / 1500 / 2000 / 2500.

Si un assuré choisit une franchise basse, il acceptera de payer une prime d’assurance plus chère, car il assumera moins de coûts en cas de prestations médicales remboursables par l’assurance obligatoire des soins. Si un assuré choisit une franchise élevée, il paiera une prime d’assurance plus basse, car il assumera davantage de coûts en cas de prestations médicales remboursables par l’assurance de base.

Une fois le montant de la franchise atteint, l’assuré devra encore supporter les coûts liés à la quote-part qui se monte à 10 % du montant facturé à la caisse maladie. Cette quote-part est plafonnée à CHF 300.- /année pour le enfants et à CHF 700.- /année pour les adultes.

Logiquement, un assuré en bonne santé optera certainement pour une haute franchise afin de réaliser des économies sur la prime de l’assurance de base, et un assuré connaissant malheureusement des problèmes de santé optera pour plus de sécurité et une franchise plus basse.

Que ne couvre pas mon assurance de base?

L’assurance obligatoire de soins n’offrant que des prestations de base, il est indispensable, pour améliorer la couverture, de souscrire à des assurances complémentaires. En cas d’hospitalisation, les prestations couvertes en chambre commune sont souvent insuffisantes et ne laissent pas le libre choix du spécialiste et du chirurgien pour une opération.

Les personnes convaincues par les médecines parallèles sont très mal remboursées par l’assurance de base, plutôt orientée vers la médecine traditionnelle. Pour des remboursements de massages ou d’ostéopathie par exemple, il est indispensable de souscrire à des assurances complémentaires.

Les traitements dentaires ou d’orthodontie ne sont pas remboursés par l’assurance obligatoire des soins. Les enfants qui ne sont pas assurés par des complémentaires pour les soins dentaires pourraient ne pas entreprendre de traitements, car ils ces derniers sont souvent trop onéreux pour les parents.

La liste des prestations non-couvertes par l’assurance obligatoire des soins est longue et varie chaque année. Nous vous recommandons de nous contacter pour un conseil professionnel et personnalisé, afin de souscrire aux bonnes assurances complémentaires, en fonction de vos besoins.

Réduire


Assurances maladies complémentaires (LCA)

Les assurances complémentaires sont très importantes et peuvent sensiblement améliorer votre couverture. Elles sont un complément à l’assurance obligatoire des soins. Il existe beaucoup de lacunes dans la LAMal et c’est pour cette raison que nous recommandons aux assurés de souscrire à des assurances complémentaires avant d’avoir des soucis de santé.

Plus de détails

De nombreuses options sont possibles, mais quelques prestations se révèlent indispensables, comme la couverture hospitalière dans toute la Suisse, les médicaments hors liste, les frais de transport ou encore les couvertures dentaires pour les enfants. Nous avons la chance de pouvoir vous proposer un contrat collectif avec des prestations haut de gamme à un prix très intéressant.

Chaque citoyen résidant en Suisse a l’obligation de s’affilier à l’assurance obligatoire des soins qui couvre les soins de base liés à un problème de santé. Il est recommandé de souscrire des assurances complémentaires qui améliorent le niveau de couverture et permettent, dans certains cas, d’autre soins qui ne seraient pas remboursés par l’assurance de base.

Une assurance complémentaire, qu’est-ce que c’est ?

Les assurances complémentaires sont régies par les prescriptions de la Loi fédérale sur le contrat d’assurance (LCA) et contrôlées par l’organe de contrôle FINMA, à contrario de l’assurance de base, qui est régie par la LAMal et contrôlée par l’OFSP. Il est important de comprendre que ces deux assurances figurent souvent sur le même certificat d’assurance, mais n’ont pas du tout le même fonctionnement. Une assurance complémentaire peut être souscrite dans une autre compagnie d’assurance que l’assurance de base.
Le but d’une assurance complémentaire est assez simple : améliorer les prestations couvertes par l’assurance de base ou se substituer à celle-ci, si un traitement, un médicament ou une hospitalisation ne seraient pas couverts. Les assurances complémentaires assurent des prestations, et couvrent les frais, en liens avec une maladie, une maternité ou un accident. Elles peuvent également couvrir les frais suite à un traitement par la médecine naturelle.
En règle générale, lors de la souscription à une assurance complémentaire, la compagnie d’assurance demande au preneur d’assurance de compléter un questionnaire médical. En fonction des informations reçues, la caisse maladie se réserve le droit de demander des informations supplémentaires auprès du médecin traitant. Au final, la compagnie d’assurance peut accepter ou refuser l’adhésion, sans donner de raison ou de justification.

Quelles sont les personnes assurées par une assurance complémentaire ?

Chaque citoyen résidant en Suisse a la possibilité de souscrire à une ou plusieurs assurances complémentaires dans la caisse maladie de son choix. Les enfants et les adultes peuvent être assurés avec différentes assurances complémentaires qui améliorent les prestations de l’assurance de base.
La plupart des caisses maladie pratiquent une différence de tarification entre les hommes et les femmes. En règle générale le tarif féminin est plus élevé que le tarif masculin. Le canton de domicile et l’âge de l’assuré sont également des facteurs déterminants pour fixer le montant de la prime.
Lors d’une maternité, il est recommandé aux parents de souscrire aux assurances complémentaires de leur futur enfant avant la naissance, pour éviter de devoir remplir un questionnaire médical qui pourrait démontrer des soucis de santé, et compliquerait une adhésion à des assurances complémentaires.

Que couvre mon assurance complémentaire ?

Les couvertures possibles dans une assurance complémentaire sont très variées. Il existe une multitude de produits différents qui ont tous leurs points forts et leurs points faibles. Beaucoup de compagnies proposent des paquets d’assurances complémentaires assez complets couvrant de larges prestations.
Voici une liste non-exhaustive des couvertures importantes à souscrire :

  • couverture hospitalière dans toute la Suisse en division commune
  • couverture hospitalière dans toute la Suisse en division mi-privée ou privée (elle est un peu plus cher mais propose des prestations bien supérieures à la couverture en division commune)
  • couverture des médicaments hors-liste
  • couverture des frais de transports en ambulance
  • couverture des médecines alternatives
  • couverture pour les soins dentaires et l’orthodontie
  • couverture en cas d’invalidité
  • couverture pour les moyens auxiliaires

Il existe encore beaucoup d’autres couvertures possibles. Nous vous recommandons de nous contacter pour un conseil professionnel et personnalisé, afin de souscrire aux bonnes assurances complémentaires, en fonction de vos besoins, car un mauvais choix peut entraîner des conséquences très désagréables.

Comment choisir mon assurance complémentaire ?

Choisir la bonne assurance complémentaire n’est pas une chose aisée. Il y a tellement de choix que l’on peut vite se perdre en tentant de faire des comparaisons. Chaque compagnie propose différents produits et, bien entendu, les met en valeur avec du marketing et de la publicité. Mais gardez à l’esprit que le produit auquel vous avez souscrit pour vous-même n’est peut-être pas adapté pour votre enfant ou votre conjoint.
Beaucoup de personnes partent du principe qu’elles s’assureront plus tard en complémentaires, vu qu’aujourd’hui elles n’ont pas de soucis de santé. N’oubliez pas que pour souscrire des assurances complémentaires il faut remplir un questionnaire de santé et certaines pathologies sont malheureusement éliminatoires.
Il est important de se poser les bonnes questions, comme par exemple : quels sont mes besoins et à quoi dois-je m’attendre si demain j’ai un problème de santé bénin ou très grave ? Beaucoup d’assurés font l’erreur de simplement choisir une assurance complémentaire dans la même caisse maladie que pour l’assurance de base, et ne comparent pas les différentes prestations entre les caisses maladie.
La société We Group est là pour vous aider et vous guider dans vos choix. Nous vous recommandons vivement de nous consulter avant de souscrire une assurance complémentaire, ainsi vous pourrez bénéficier d’un conseil personnalisé et professionnel.
Que vous soyez assuré dans une grande caisse maladie nationale comme le Groupe Mutuel, la CSS ou Helsana, ou dans une petite caisse de proximité, ne faites pas l’erreur de comparer que le prix. Chaque compagnie établit des conditions générales qui régissent les couvertures, les pourcentages de couvertures, les éventuelles franchises et les exclusions. Il est souvent désagréable de découvrir, après une prestation médicale, que l’on n’est malheureusement pas couvert.

Que ne couvre pas mon assurance complémentaire ?

Chaque assurance complémentaire est liée à des conditions générales avec des clauses et des exclusions. Malheureusement beaucoup d’assurés s’intéressent à leur niveau de couvertures que lorsqu’ils ont dû utiliser les prestations de leurs assurances complémentaires.
Exemple : Si le terme « Traitement orthodontique » est inscrit dans les prestations sur la police d’assurance de votre enfant, cela ne veut pas dire que vous serez bien indemnisé en cas de traitement, car il faut connaître la limite de couverture et le pourcentage.
Pour éviter des mauvaises surprises et des frustrations, il est important de bien se renseigner car l’assurance qui couvre votre famille et vous-même est finalement la plus importante de toutes.

Réduire


Une assurance complémentaire dentaire, qu’est-ce-que c’est ?

Les frais de traitements dentaires ou orthodontiques ne sont pas couverts par l’assurance de base. Beaucoup de personnes ont des problèmes dentaires mais ne se soignent pas, car les soins ne sont pas couverts par la LAMal, sauf dans de rares exceptions. Une assurance dentaire est donc très importante pour éviter de devoir supporter soi-même des coûts importants de traitement dentaire.

Plus de détails

Beaucoup de caisses maladie proposent cette assurance complémentaire qui est très appréciée des assurés, car elle couvre des montants importants, surtout pour les traitements orthodontiques des enfants. Cette assurance complémentaire peut être souscrite dans certaines compagnies, indépendamment des autres complémentaires ou de la LAMal.

Quelles sont les personnes assurées par une assurance complémentaire dentaire ?

Toute personne peut souscrire à une assurance complémentaire dentaire. Dans certaines caisses maladie, il y a une limitation d’âge qui se situe autour de 60 ans. Il est très important que les parents souscrivent à une assurance complémentaire qui couvre les soins dentaires de leurs enfants dès le plus jeune âge. La plupart des compagnies d’assurance permettent de souscrire des assurances dentaires pour les enfants, sans examen chez le dentiste, ce qui évite d’avoir des restrictions de couverture en rapport avec un précédent souci dentaire ou un traitement antérieur.

Les adultes peuvent également souscrire à une assurance complémentaire dentaire, mais doivent se soumettre à un examen chez le dentiste qui doit remplir un questionnaire médical. Cela dépend des caisses maladie, mais à partir d’un certain âge, elles obligent à effectuer un examen chez le dentiste avant d’accorder la couverture. En général, cette limite d’âge est fixée entre 4 et 7 ans. Certaines compagnies proposent les couvertures de soins dentaires dès l’adhésion à une assurance complémentaire prénatale.

En cas d’accident, si vous êtes assuré pour l’accident dans la LAMal, c’est l’assurance de base qui couvre les soins dentaires. On entend par couverture en cas d’accident, la réparation d’une ou plusieurs dents, suite à une chute par exemple. Les personnes qui travaillent plus de 8 heures par semaine sont couvertes par la LAA de leur employeur, laquelle couvre les soins dentaires en cas d’accident. Cette couverture indemnise les assurés en cas d’accident professionnel ou non-professionnel, pour leur éventuelle absence au travail, et couvre également les frais dentaires consécutifs à l’accident.

 Que couvre une assurance complémentaire dentaire ?

Une assurance complémentaire dentaire couvre les frais de traitement ainsi que le matériel lié à des soins dentaires. Chaque caisse maladie couvre certaines prestations spécifiques, mais en général, les prestations suivantes sont couvertes :

    • Les contrôles dentaires
    • Les traitements d’hygiène dentaire
    • Les traitements dentaires de conservation
    • L’orthopédie dento-faciale et l’orthodontie
    • Les prothèses
    • Les traitements de la parodontose
    • Les frais de laboratoire

Toutes ces prestations sont souvent soumises à une franchise et à une quote-part, à charge de l’assuré. Dans beaucoup de caisses maladie, il existe un plafond de couverture en fonction du produit. Les traitements orthodontiques sont souvent limités jusqu’à un certain âge, entre 18 et 25 ans.

 

Il est indispensable de souscrire à une couverture orthodontique pour les enfants, car les traitements liés à une malposition de la mâchoire sont très onéreux. Aujourd’hui, près d’un enfant sur deux doit effectuer un traitement orthodontique. Ces traitements sont tellement chers que, si un enfant n’est pas assuré, les parents doivent souvent y renoncer, au détriment de la santé de l’enfant.

Comment choisir la bonne assurance complémentaire dentaire ?

Il existe tellement de caisses maladie en Suisse qu’il n’est pas facile de choisir la bonne assurance complémentaire dentaire. Que vous souhaitiez couvrir les soins dentaires, les soins orthodontiques, ou les deux, il est très important de vérifier si la complémentaire répond à vos attentes. Chaque produit d’assurance couvre un certain pourcentage de la facture des soins et fixe souvent un plafond maximum de couverture.

Les couvertures varient beaucoup d’une compagnie à l’autre, et les prix également. Il ne faut pas se fier au prix de la complémentaire. Ce n’est pas parce qu’un produit est cher qu’il offre une couverture optimale. Nous vous conseillons de prendre contact avec notre société, pour poser vos questions et vérifier que vous avez bien le bon produit, adapté aux membres de votre famille. N’oubliez pas qu’il faut souscrire à une assurance complémentaire le plus tôt possible, avant d’avoir des soucis dentaires, sinon la compagnie se réserve le droit de ne pas accepter la couverture.

Que ne couvre pas une assurance complémentaire dentaire ?

Lors de la conclusion d’une assurance complémentaire dentaire, les traitements prévus avant cette date ne sont pas couverts par la caisse maladie. La compagnie d’assurance se réserve le droit de ne pas accepter l’admission pour une assurance dentaire, suite au questionnaire rempli par le dentiste. Elle peut aussi décider d’appliquer une réserve qui ne couvrira pas une dent spécifique ayant déjà connu un souci antérieur.

La complémentaire dentaire ne couvre pas les frais liés à un problème dentaire consécutif à un accident. La couverture accident comprise dans la LAMal ou la LAA de votre employeur couvre ces frais, qu’il s’agisse d’un accident professionnel ou non-professionnel.

Dans chaque produit d’assurance dentaire, il existe toujours une participation à votre charge, soit une franchise, soit une quote-part. Les montants remboursés sont généralement plafonnés par une somme limite, et pour toute facture dépassant cette somme, la différence est à votre charge.

Réduire


Une assurance maladie prénatale, qu’est-ce-que c’est ?

Une assurance maladie prénatale est une assurance maladie identique à n’importe quelle autre assurance maladie. La seule différence est qu’elle est conclue avant la naissance de l’enfant. L’assurance prénatale coûte autant qu’une assurance maladie pour un enfant. Elle entre en vigueur à la naissance de l’enfant et les parents commencent à la payer également dès la naissance de celui-ci.

Plus de détails

Quelles sont les personnes assurées par une assurance maladie prénatale ?

L’assurance maladie prénatale est exclusivement prévue pour les nourrissons qui ne sont pas encore nés. Dès la naissance de l’enfant, on ne parle plus d’assurance prénatale mais d’assurance maladie standard. Le grand avantage de souscrire à une assurance prénatale pour un futur enfant avant sa naissance, c’est l’absence de questionnaire médical. Concrètement, cela signifie que si l’enfant naît malheureusement avec un souci de santé, il n’aura pas de réserve sur les assurances complémentaires.

Que couvre une assurance maladie prénatale ?

Une assurance maladie prénatale est composée en général d’une assurance de base (LAMal) et d’assurances complémentaires qui complètent les lacunes de couvertures de l’assurance obligatoire. L’assurance couvre les éventuelles prestations pour l’enfant dès la naissance. Avant cette date, tous les soins liés à la grossesse sont pris en charge par l’assurance de la maman.

Tous les modèles de l’assurance de base, comme par exemple le système du médecin de famille, peuvent être conclus en assurance prénatale. L’assurance de base couvre les mêmes prestations que l’assurance pour un enfant. Les soins ambulatoires ainsi que les consultations chez le pédiatre, les médicaments et les hospitalisations en chambre commune sont couverts par l’assurance de base.

Il est indispensable de souscrire à des assurances complémentaires dans une assurance prénatale, afin d’éviter de devoir remplir un questionnaire médical. Si vous attendez la naissance de l’enfant pour souscrire à des assurances complémentaires, vous devrez remplir un questionnaire de santé, et si votre enfant a malheureusement connu un souci de santé à la naissance, l’assurance maladie peut refuser l’adhésion à des assurances complémentaires ou mettre une réserve sur les prestations couvertes.

Comment choisir la bonne assurance maladie prénatale ?

Les assurances complémentaires importantes à souscrire sont : les compléments pour les médicaments hors-liste ; la couverture pour les médecines alternatives ; et la couverture hospitalière en semi-privé, afin de pouvoir bénéficier du libre choix du spécialiste en cas de problème de santé conséquent. Certaines compagnies proposent également, dès la naissance, des assurances dentaires pour les traitements dentaires ou orthodontiques futurs.

Il est aussi primordial de souscrire à des compléments pour l’invalidité, car un enfant ne cotise pas aux charges sociales. Ainsi, en cas d’invalidité, il aura droit aux prestations minimales de l’assurance invalidité. Nous vous recommandons de bien vérifier les prestations de votre caisse maladie avant d’y souscrire, car toutes les caisses maladie ne couvrent pas correctement cette prestation.

Nous recommandons aux futurs parents ou aux familles de nous demander conseil avant de souscrire à une assurance prénatale, car les différences de prestations et de prix sont grandes entre les compagnies. Nous avons également la possibilité de proposer des rabais de famille, ce qui n’est pas possible dans toutes les caisses maladie.

Que ne couvre pas une assurance maladie prénatale ?

L’assurance maladie prénatale couvre l’enfant dès sa naissance. En revanche, elle ne couvre en aucun cas les soins prodigués à la future maman pendant la grossesse et pendant l’accouchement, ces prestations étant couvertes directement par l’assurance de la maman. Dans toutes les caisses maladie, le catalogue des prestations pour l’assurance de base est identique.

Concernant les assurances complémentaires, chaque compagnie est libre de mettre à disposition différents produits qui couvrent plus ou moins bien l’enfant. Il est très difficile de comparer les différentes prestations des compagnies. Surtout, faites bien attention aux limitations inscrites dans les conditions générales, et n’hésitez pas à nous contacter pour des conseils professionnels et personnalisés.

Réduire