Négligente, une toubib perd le droit d’exercer

Négligente, une toubib perd le droit d’exercer


assurance maladie


Négligente, une toubib perd le droit d’exercer

Négligente, une toubib perd le droit d’exercer ! Une doctoresse bernoise n’a jamais désiré tenir compte des courriers administratifs et s’est vu retirer son droit d’exercer la médecine. En fait, il s’agit de la seconde fois que ce toubib a des problèmes avec le Tribunal administratif du canton de Berne. Le manque d’empressement à répondre aux courriers de l’administration est le point de départ de son retrait du droit d’exercer. C’est ce vendredi 15 février 2019 que le jugement a eu lieu et le retrait du droit d’exercer confirmé par le Tribunal administratif du canton de Berne. La décision première venant en fait de la direction de la santé publique couplée à l’office du médecin cantonal. La première interdiction d’exercer pour cette doctoresse date de 2010 et les raisons en sont totalement identiques ; c’est-à-dire un défaut dans le traitement des courriers administratifs. A l’époque elle avait indiqué vouloir changer de comportement et avait obtenue de la part de l’Office du médecin cantonal une nouvelle chance !

Les années passent et le mauvais comportement de la doctoresse reste !

Les mauvais comportements restent ! Notre doctoresse n’a jamais réussi à envoyer une attestation RC professionnelle et n’a jamais réglé son amende disciplinaire à l’administration. En août 2017, pour ces considérations, l’Office du médecin cantonal a décidé de supprimer le droit d’exercer de cette doctoresse eu égard à la surveillance du personnel médical. La négligence étant dans ses principes, celle-ci a également ignoré pendant plusieurs années les réclamations de ses patients. Pour se défendre, cette doctoresse affirme ne rien savoir de son retrait d’exercer la médecine ; en effet, celle-ci a négligé de lire les courriers de l’Office du médecin cantonal. Le courrier était réceptionné par son mari et celui-ci ne lui transmettait pas les messages des services de l’administration. Déjà en 2010, elle avait affirmé ne pas tenir compte des courriers et négligeait tout ce qui venait de l’administration. Pour le tribunal, la responsabilité de la doctoresse est fondée ; chacun doit organiser la gestion de son courrier et surtout les envois en recommandé provenant de l’administration.


assurance maladie


Sur le même sujet

Presque un quart des assurés du Groupe Mutuel est parti

Les franchises devraient croître régulièrement

Assurance maladie Suisse



eget felis amet, efficitur. commodo ut venenatis, velit, justo ut