La gauche ne veut pas de franchises automatiques

La gauche ne veut pas de franchises automatiques


assurance maladie


La gauche ne veut pas de franchises automatiques

La gauche ne veut pas de franchises automatiques ! Mardi prochain, le conseil des Etats doit discuter de la mise en route d’une hausse automatique de la franchise de base. Tout n’est pas encore fait et si le oui l’emporte, la gauche va demander un référendum. La grande différence entre la gauche et la droite c’est que la droite rêve de retrouver des coûts de la santé équilibrés avec une franchise augmentée de 50 francs tous les 2 ans et cela à partir de l’horizon 2020. Cette demande d’augmentation de 50 francs qui sera soumis au Conseil des Etats a déjà été approuvée par le Conseil national, mais c’est mardi que les décisions seront prises. Un référendum sera certainement pointé du doigt par les partis de gauche qui sont contre cette décision. La gauche a mis en ligne un sondage sur internet et appel à la récolte de signatures pour obliger le Conseil des Etats à annuler la proposition de la droite à augmenter la franchise de 50 francs tous les 2 ans.

 

Une initiative en ligne contre pour ne pas priver la population de soins médicaux de base !

Qu’il s’agisse de Daniel Graf de Wecollect comme de Dimitri Rougy, jeune socialiste, il n’est pas concevable de priver la population de soins médicaux de base. Les conséquences d’une augmentation de la franchise des caisses maladies seraient dramatiques pour les malades chroniques et les personnes âgées. Avec une franchise trop élevée, une personne sur cinq n’ira plus voir son médecin par crainte de la facture. Ceci ne concerne bien sur pas les assurances complémentaires.

 

Une augmentation de 50 francs ne baissera pas plus les coûts de la santé selon le PS !

La démarche de la gauche ne passe pas inaperçue et selon Barbara Gysi, la vice-présidente du PS, « personne ne peut prouver qu’une franchise plus élevée va réduire les coûts de la santé en Suisse ». Si cette proposition passait auprès du Conseil des Etats, la conseillère nationale PS envisage de passer par un référendum pour la supprimer. Le PS se dit plus près du peuple avec sa première initiative en début de semaine concernant à soulager financièrement les familles à faibles et moyens revenus. Le PS marque des points et c’est ce qui peut lui arriver de mieux pour se confronter à la droite. La victoire est au bout du chemin et le premier succès est celle auprès du Tribunal fédéral qui oblige le canton de Lucerne à augmenter la limite des revenus donnant droit aux subsides de l’assurance maladie aussi bien pour les enfants que pour les jeunes adultes en formation.


assurance maladie


Sur le même sujet

Les franchises devraient croître régulièrement

Les prestataires de soin commettent le plus d’abus à l’assurance maladie

Un bug fait dérailler les subsides de 6000 Vaudois



ipsum leo lectus porta. consectetur Curabitur venenatis Aenean