Tarif ambulatoire

La FMH soutien une tarification nationale

La FMH soutien une tarification nationale

Au vu de la cherté des produits et systèmes médicaux en Suisse, ne permettant pas à tous les citoyens de bénéficier des soins adéquats, le Conseil fédéral prévoit l’endigage de l’augmentation des coûts de santé. Tous les acteurs ne sont pas du même avis et certains contestent la mise en place d’un tel dispositif, ce qui n’est pas le cas de la FMH (fédération des médecins helvétiques). Cette dernière soutient cette idée de tarification nationale et n’a pas hésité à faire valoir leur position.

Des soins de santé accessibles pour tous

Les soins stationnaires en milieu hospitalier, sont déjà régis par une tarification nationale. Les nouveaux dispositifs évoqués ici concernent donc les soins ambulatoires (hôpital du jour) mais pas que, car ils favorisent également l’accès aux progrès technologiques et médicaux. L’appui de la FMH (fédération des médecins helvétiques) est néanmoins conditionné par l’autonomie organisationnelle et tarifaire des établissements, une disposition que l’État doit garantir.

FMH

Non aux tarifs dégressifs

Bien que la FMH (fédération des médecins helvétiques) soutienne cette décision, des limites existent, comme le rejet des tarifs dégressifs. Le Conseil fédéral invite les différents partenaires à corriger les hausses abusives et non justifiées, laissant ainsi sous-entendre à un tarif dégressif. Effectivement, ces corrections peuvent mener à la mise en place de tarifs dégressifs une fois que les coûts prévus sont dépassés. Une telle mesure pourrait empêcher les patients de profiter de l’ensemble des prestations obligatoires auxquelles ils ont droit.

Le projet de tarif ambulatoire national approuvé par les hôpitaux

Tout comme le FMH (fédération des médecins helvétiques), H ou l’organisation faîtière des hôpitaux, approuve tout aussi bien l’idée d’une tarification nationale concernant les soins ambulatoires. Elle estime d’ailleurs que ces projets d’améliorations ainsi que leur inscription dans la loi devraient faire partie des priorités et être traités par le Parlement.

 

En savoir plus :

 



sem, risus libero. consectetur ut et,