taxe 50chf pour urgence

Assurance maladie : Taxe de 50 francs : les pauvres sont plus visés

Taxe de 50 francs : les pauvres sont plus visés

En ratifiant une fois de plus la taxe de 50 francs pour les cas bénins aux urgences, le nouveau Parlement s’attaque de manière symbolique à ceux qui ont des faibles revenus. Dans quelle mesure peut-on qualifier qu’un cas est bénin ? Le nouveau Parlement avec la Droite, la moitié du groupe du Centre et l’appui des Verts libéraux à ses côtés, a pu faire valider une fois de plus la proposition du Vert libéral Thomas Weibel. Elle consiste à faire payer une taxe de 50 francs les personnes qui vont directement aux urgences pour un problème de santé qui pouvait être résolu grâce en suivant un traitement prescrit lors d’une consultation normale.

Urgence : que révèlent les chiffres ?

Cette proposition a été déjà recalée par le Conseil des États, toutefois, le Conseil national maintient sa décision. Philippe Nantermod (PLR/VS), de la Commission de la santé, a exposé qu’en 2016, environ 1,7 million de consultations ont été admises aux urgences en Suisse. Parmi ces consultations, 20 % sont des abonnés, qui passent leurs examens trois fois par an, voire même plus. La moyenne affiche 197 cas traités pour 1000 habitants. À noter qu’une consultation aux urgences peut valoir jusqu’à 427 francs, notamment le double d’une consultation courante chez le docteur.

50 francs : une taxe ou pas ?

Si on effectue un petit calcul, il est tout à fait possible de générer des économies à la hauteur de 17 millions. Il est tout de même plus intéressant d’accorder la parole à un élu PLR soutenir une taxe, un mot habituellement.

Ou pas, si les gens renoncent à aller aux urgences. Il est toujours intéressant d’entendre un élu PLR défendre une « taxe », mot d’ordinaire destiné à la gauche.

Le Valaisan n’a pas d’ailleurs caché sa satisfaction. « Le terme “taxe” est peut-être inapproprié : il s’agit ici d’une contribution complémentaire ». On pourrait également faire référence à une pénalité, amende, ou une participation obligatoire… Peu importe la qualification du moment qu’il faut débourser de l’argent.

taxe 50chf urgence

Une situation pas accablante pour les riches

Étant donné que cette disposition concerne davantage les personnes qui ont des petits porte-monnaie, ceux qui profitent de revenus élevés restent indifférents. Volontairement ou non, on pointe du doigt les gens qui ont recours aux urgences parce qu’ils n’ont pas d’autres options. Qu’il s’agisse d’une souffrance physique ou psychologique, n’importe quelle personne ne chemine aux urgences que pour bénéficier d’une assistance. Même pour une raison considérée comme infime, cette démarche n’est pas pour autant inutile.

Un traitement contre le cancer pour une seule personne

Tout le monde est conscient des coûts dépensés en vain pour les sottises aux urgences. Des frais qui peuvent coûter très cher au système de santé en Suisse. Avec le financement des frais de traitement contre le cancer pour une seule personne, on peut assurer le financement d’environ 200 consultations en urgence. Où se situe la disproportion dans ce cas ?



Donec commodo ut at nunc Lorem neque.