union-syndicale-suisse-reclame-hausse-indemnites-chomage-partiel

L’Union syndicale suisse réclame une hausse des indemnités de chômage partiel

L’Union syndicale suisse réclame une hausse des indemnités de chômage partiel

L’Union syndicale suisse (USS) envisage plusieurs options pour soutenir les travailleurs qui ont de faibles revenus et qui ont été affectés gravement par la crise générée par le Covid-19. L’USS lance un appel pour mettre en vigueur des mesures supplémentaires pour tenir bon face à la crise engendrée par le nouveau coronavirus. Elle revendique une augmentation des indemnités de chômage partiel au profit des travailleurs à faibles revenus. Par ailleurs, elle s’intéresse aux réserves de l’assurance-maladie.

union-syndicale-suisse-reclame-hausse-indemnites-chomage-partiel

La chute de l’économie mondiale provoquée par la crise sanitaire est vraiment incomparable, a indiqué l’Union syndicale suisse (USS) lundi durant une conférence de presse. « Pour le moment, nous avons pu prévenir une catastrophe sociale. Néanmoins, la situation doit se rétablir dans les meilleures conditions pour tout le monde », a affirmé Daniel Lampart, chef économiste à l’USS. Le syndicat se focalise principalement sur les travailleurs à faibles et à moyens revenus, qui ont été affectés par la pandémie.

Le chômage partiel touche dans la plupart des cas les secteurs où les salaires sont les plus bas. D’après lui, ce contexte a provoqué des pertes de salaire difficiles à compenser pour cette catégorie de personnes. De ce fait, l’USS revendique une majoration de l’indemnité de chômage partiel attribué aux travailleurs à faibles revenus, pour passer de 80 % à 100 %.

Réserves des caisses maladie également évoquées par l’USS

Elle focalise également son attention sur les réserves des caisses maladie. A noter que les excès dans les réserves de l’assurance-maladie sont évalués à plus de 4 milliards de francs. « Est-ce que nous avons réellement besoin de réserves aussi élevées », s’est questionné le président de l’USS, Pierre-Yves Maillard. Aussi, le syndicat a proposé de répartir les primes prélevées en trop au profil de la population. « En moyenne, il est tout à fait possible de rembourser 500 francs par habitant », d’après M. Maillard.

Dans la même foulée, l’USS réclame aussi l’abandon des mesures d’économie dans le secteur public et la promotion des investissements, entre autres dans le secteur de la construction. Par ailleurs, elle sollicite la stimulation des activités culturelles. Elle invite également à étendre la période d’indemnités du chômage pour prévenir une augmentation en grand nombre de chômeurs.

 

En savoir plus sur le chômage et le licenciement

 

 



Aliquam ut ante. vulputate, id, pulvinar mi, felis Donec Praesent porta.