St-Paul supprime 50 postes de travail

 

St-Paul

St-Paul

St-Paul, éditeur suisse du quotidien la liberté, va fermer son secteur impression en 2014. En effet, les « Freiburger Nachrichten» FN, le principal groupe de presse fribourgeois, avaient déclaré fin 2012 qu’il allait privilégier l’offre d’impression la plus attractive. Ainsi, le groupe St-Paul a déclaré ne pas pouvoir s’aligner sur les propositions que lui ont faites les « Freiburger Nachrichten», précisant que travailler à ce coût serait produire à perte. St-Paul a donc été contraint de procéder à une restructuration.
les « Freiburger Nachrichten» ont pris cette décision parce que les mutations du marché d’impression des journaux ont conduit à un excès d’offre d’impression et par ricochet, à une baisse considérable des prix.
St-Paul imprimait principalement la Liberté et les « Freiburger Nachrichten». Aussi, la rupture de contrat entre les « Freiburger Nachrichten» et St-Paul ne permet plus à ce dernier de couvrir ses charges de production.

St-Paul : le sort des employés

Cinquante employés de St-Paul sont touchés par cette mesure et vont perdre leur travail. Néanmoins, le groupe recherche des solutions pour que les journaux que sont la liberté, « la gruyère », « le messager » ou la « feuille officielle » puissent être imprimés en dehors du canton de Fribourg. Par ailleurs, St-Paul prévoie qu’une partie des employés soit reprise par le nouvel imprimeur, que d’autres prennent une retraite anticipée et qu’une troisième partie bénéficie d’un soutien pour retrouver un emploi. Toutefois, toutes ces mesures qui devront être prêtes pour 2014 n’éviteront pas les licenciements chez St-Paul.
Il est à espérer que les employés de St-Paul avaient conclus une assurance chômage complémentaire

St-Paul : la rédaction est indemne

Tous les services du groupe St-Paul ne sont pas touchés par la fermeture. Le service d’impression des travaux de ville et des livres pourra continuer de fonctionner normalement, de même que la régie publicitaire et le journal la liberté.
Le syndicat Syndicom, syndicat ouvrier suisse des médias et de la communication, regrette quant à lui que les « Freiburger Nachrichten» ait fait le choix de confier l’impression de son journal à l’extérieur du canton de Fribourg. Syndicom déplore aussi la fermeture du secteur impression chez St-Paul. Pour sauvegarder les emplois dans le secteur, Syndicom exige que les « Freiburger Nachrichten»  demeurent entièrement Fribourgeoises.


040d0d19abbb8b6bc47e957add9a9928========== commodo leo dictum vel, ipsum id