Ryanair supprime 3’000 postes de travail

Pour échapper à la faillite : Ryanair résilie de 3000 postes

Pour affronter la crise du coronavirus, la compagnie à bas coût Ryanair devra supprimer 3000 emplois, dont les pilotes et le personnel navigant. Le plan va toucher 15 % des effectifs totaux. Le patron a annoncé sur BBC que la suppression de ces emplois permettront à la société de tenir durant les 12 mois à venir. Si la situation ne s’améliore pas, des suppressions en plus seront à envisager. Le plan de restructuration pourrait même occasionner la fermeture des bases au Royaume-Uni. Le syndicat britannique Unite sollicite à la compagnie d’abandonner les suppressions d’emplois, jugeant qu’elle possède de « réserves de trésorerie conséquentes par rapport à d’autres compagnies ».

La chute du transport aérien

Comme tous ses concurrents européens, Ryanair encaisse les effets de la pandémie. British Airways avait prévenu la suppression de 12 000 emplois. Concernant EasyJet, elle a effectué un prêt de 600 millions de livres auprès des pouvoirs publics. Malgré une demande d’aide auprès du gouvernement qui n’a pas abouti, la compagnie Virgin Atlantic tente de tenir le coup.

Ryanair souligne l’arrêt des vols jusqu’au mois de juillet au minimum. La compagnie entrevoit des congés sans solde et une diminution de 20 % des salaires. Pour avril et mai, une diminution de 50 % du salaire a été appliquée par Michael O’Leary et sera maintenue pour le reste de l’exercice annuel.

Ryanair supprime 3'000 postes de travail

Des rectifications des projets de croissance devront être envisagées par Ryanair. Des négociations avec Boeing sont en cours concernant les 24 mois à venir. Ryanair exécutera uniquement 1 % de ses vols en avril, mai et juin. Cela équivaut à 150 000 passagers, contre une prévision de 42,4 normalement.

Pour l’été, la compagnie ne transportera que la moitié des 44,6 millions de passagers attendus. Ryanair doit également gérer les réclamations de l’association de consommateurs Which et les remboursements.

L’option des sièges vides

Au début, si EasyJet a suggéré les sièges médians vides, M. O’Leary était carrément contre. Ryanair envisage une perte nette de 100 millions d’euros pour le premier trimestre. Le groupe dénigre les subventions allouées par les gouvernements à ses concurrents européens. La compagnie envisage de réfuter cette démarche auprès des tribunaux européens. Heathrow, le plus grand aéroport du Royaume-Uni enregistre une perte de 97 % pour avril. L’aéroport a ajourné de deux ans son projet de troisième piste, qui devait commencer en 2022.

 

En savoir plus sur les licenciements:



Phasellus felis efficitur. consectetur libero tempus commodo massa neque. ut elementum