Le Richemond prévoit de licencier 141 de ses employés

Le Richemond prévoit de licencier 141 de ses employés

Le Richemond prévoit de biffer 141 de ses employés

L’hôtellerie de luxe inauguré en 1863 prévoit de fermer provisoirement ses portes pour réduire les pertes financières occasionnées par la pandémie. Depuis mi-mars, Le Richemond affiche une diminution de son taux d’occupation. D’après les informations recueillies par AWP, l’établissement envisage de licencier 114 employés.

« Nous prévoyons de consulter le personnel et la procédure peut prendre jusqu’au 12 juin. Par la suite, nous analyserons le bilan afin de prendre la meilleure décision », a notifié le directeur de l’hôtel André Cheminade à AWP. Néanmoins, il certifie que « Le Richemond ne risque pas de faire faillite ».

Tout le personnel a été consulté hormis les 11 personnes en contrat à durée déterminée, en stage ou en apprentissage. Les dispositions de chômage partiel s’appliquent aux 141 salariés, y compris la direction.

Avec un taux d’occupation réduit à 10 %, les mois d’avril et de mai ont été pénibles pour l’hôtel de luxe genevois. « En mars, nous avons encore accueilli une clientèle étrangère, venant du Moyen-Orient. Cette dernière était obligée de quitter la Suisse », souligne M. Cheminade, directeur du Richemond depuis l’été 2019.

Le Richemond prévoit de licencier 141 de ses employés

La trésorerie ne présente aucun risque

Même si rien n’est défini à l’avance, une fermeture provisoire est toutefois inévitable. De cette manière, Le Richemond pourrait combler les pertes de « six mois minimum ». « Nous enregistrons des annulations de réservations chaque jour.

Pour d’autres mois, le taux d’occupation arrive jusqu’à 3 ou 4 %. En fin d’année, nous arrivons à augmenter à 8 % », se lamente André Cheminade. « Aucune amélioration n’est en vue que ce soit à court, moyen ou long terme. “L’édition 2021 du Salon de l’automobile est d’ailleurs indéterminée”, déplore-t-il. Face à une telle situation, la société “Le Richemond” a sollicité la direction à prendre des mesures pour limiter les pertes.

Le but est de rouvrir au moment où les touristes fortunés débarqueront de nouveau à Genève. Les personnes qui ont été congédiées pourront reprendre leur place, à leur guise. “Nous prenons le risque de nous séparer de nos meilleurs employés” admet M. Cheminade.

La trésorerie de l’hôtel n’est pas encore affectée selon le directeur. La firme arrive encore à payer correctement les employés et les fournisseurs. En cas de besoin, l’entreprise peut ajouter des liquidités pour que le palace reste opérationnel.

 

En savoir plus sur les licenciements dans les entreprises et sur le chômage:



venenatis Praesent accumsan libero. mattis ante.