Richemond perd 47 % de son chiffre d’affaire

Réduites de moitié, les ventes du groupe de luxe Richemont dégringolent

À cause de la pandémie du coronavirus, la compagnie Richemont spécialisée en horlogerie de grande marque et reconnu dans le monde entier notamment sur la ville de Paris, a fait état d’une baisse colossale de 47 % de ses ventes à 1,99 milliard d’euros. Le groupe de luxe genevois a effectivement bouclé son exercice du premier semestre décalé 2020/21 (avril-juin). L’entreprise Richemont a souligné le fait que l’effondrement de ses chiffres d’affaires est l’un des effets de la crise du Covid-19. Cette grosse compagnie n’aura donc pas échappé à la pandémie mondiale. Devant faire face au chômage technique sans précédent, seuls les quelques salariés suisses qui ont eu la présence d’esprit de souscrire à une assurance chômage complémentaire pourront joindre les deux bouts sur le plan financier.

D’après les explications du groupe de luxe suisse lors d’un communiqué de presse diffusé jeudi, toutes les régions, toutes les branches d’activités et toutes les chaînes de distribution doivent faire face à une chute vertigineuse des prix. Sa filiale située à Paris ainsi que ses autres compagnies dans le même secteur d’activité devront aussi établir quelques plans d’actions et restructuration face à cette situation qui se ressent pleinement au niveau de cette chute libre au niveau des ventes.

Dans la région Asie-Pacifique, le recul n’est que de 29 % seulement à 1,01 milliard d’euros. Cette résistance face à la crise est surtout justifiée grâce à la reprise très rapide en Chine. De ce fait, une augmentation de 47 % a été enregistrée dans le courant du dernier trimestre.

Japon et région Amérique,les plus touchés par la crise au niveau des ventes

Les deux zones géographiques, notamment le Japon et la région Amérique ont aussi été frappés de plein fouet par la pandémie du coronavirus. Ils ont été les plus touchés par la crise et placardent respectivement une baisse de 64 % et 61 % de leurs ventes à taux de change constants, tout aussi menacés d’une cessation de leurs activités.

Les résultats annoncés par Richemont sont légèrement inférieurs à la moyenne des prévisions anticipées par les analystes du consensus AWP. Le groue de luxe suisse, propriétaire des marques Cartier en France, IWS, Vacheron Constantin ainsi que Piaget ne s’est pas encore prononcé quant à ses perspectives pour la suite de ses activités et plans d’action. À noter que la moitié du chiffre d’affaires total du groupe Richemont est générée par les ventes de la marque d’horlogerie-joaillerie Cartier à Paris.

Depuis la crise du coronavirus, les activités liées au secteur de l’horlogerie en Suisse a été contraint de fermer leur porte, ce qui a d’autant plus diminué les ventes dans la division horlogère. Pour survivre face à la crise, la compagnie Richemont était dans l’obligation d’établir un plan de restructuration de ses activités provoquant le licenciement de plusieurs salariés. Un plan d’action qui aurait pour but de survivre face à l’énorme baisse des ventes notamment dans le secteur de l’horlogerie.

Actualités diverses sur les licenciements :