quantas supprime 6000 emplois

Quantas va supprimer 6000 emplois

Qantas va biffer 6000 salariés

Pour surmonter la crise, Qantas a communiqué jeudi un plan de restructuration sur trois ans impliquant le licenciement de 6000 salariés et l’immobilisation d’une centaine d’appareils. Il s’agit d’épargner plus de 9 milliards d’euros, pour survivre à la crise.

« Cette année Qantas prévoyait de faire la célébration de ses centenaires », a commenté Alain Joyce au cours d’un communiqué. L’entreprise est contrainte de stopper tous ses vols internationaux jusqu’en octobre, hormis ceux qui vont vers la Nouvelle-Zélande.

quantas supprime 6000 emplois

Coronavirus : un danger réel

Le trafic intérieur commence à reprendre son cours normal. Toutefois, la fermeture des frontières internationales est maintenue jusqu’à l’année prochaine. La menace du coronavirus est une évidence, l’augmentation des cas à Melbourne en est la preuve.

« Nous devons modérer les dépenses à court terme », a certifié Alan Joyce. 29 000 personnes travaillent actuellement pour la compagnie. Outre les épargnes de 15 milliards de dollars australiens, le plan de relance post-crise prévoit de dégager 1,9 milliard de dollars en actions. Le contrat d’Alan Joyce sera maintenu jusqu’à la fin du plan. Les suppressions d’emplois vont toucher Qantas et sa filiale « low cost » Jetstar, au total 15 000 licenciements depuis mars.

Aucune marge de manœuvre

Alan Joyce a reconnu que le plan de reprise va toucher de nombreuses personnes. Néanmoins, la compagnie n’a guère le choix. Le Premier ministre australien Scott Morrison, dont le gouvernement conservateur a octroyé des milliards de dollars australiens est troublé par les licenciements chez Qantas. Il a reconnu que c’était une période difficile pour l’Australie.

Le Conseil australien des syndicats (ACTU), principale organisation syndicale du pays, a dénigré le plan de Qantas. Il lance un appel à Scott Morrison pour étaler le programme d’aide « JobKeeper ».

« S’il est envisageable de sauver l’emploi d’Alan Joyce, pourquoi n’est-il pas possible de négocier avec les syndicats le prolongement du JobKeeper ? a avancé la présidente d’ACTU, Michele O’Neil.

Nouvelles commandes en suspens

Parmi les 150 appareils immobilisés au sol, 100 d’entre eux vont y rester jusqu’à un an, y compris les A380, a indiqué Qantas. La compagnie a aussi ajourné les nouvelles commandes d’Airbus A321neo et de Boeing 787-9 Dreamliners. Quoi qu’il en soit, la compagnie est optimiste quant à son avenir. En cessation de paiements depuis avril, son unique concurrent australien, Virgin Australia entame les négociations avec Bain Capital et Cyrus Capital Partners.

 

En savoir plus sur le chômage et le licenciement



ut adipiscing commodo elit. non felis nunc