Licenciements chez Siemens

La crise n’épargne pas les industriels les plus solides touchés eux aussi par les licenciements. A en croire un communiqué délivré par le journal allemand Börsen Zeitung le groupe d’électronique aurait en effet prévu de procéder à des licenciements massifs suite à la conjecture particulièrement délicate de ces deniers mois.
Le président Peter Löscher à en effet annoncé que le groupe devait se lancer dans un plan de réorganisation, ce qui impliquerait quelques milliers de licenciements. Ces licenciements semblent être une mesure inévitable pour la marque qui selon les experts peine à maintenir la tête hors de l’eau face à une concurrence internationale qui impose une compétitivité de plus en plus difficile et donc des licenciements. Parallèlement en effet à tous ces licenciements le groupe se serre la ceinture puisqu’il s’apprête par exemple à céder sa se séparer de la marque Osram. A l’instar de Phillips Electronics qui a annoncé récemment de nombreux licenciements, Siemens se trouve dans l’obligation de procéder à des licenciements. Cependant, à en croire les analystes, ces licenciements ne devraient pas pour autant suffire à rééquilibrer les finances du groupe et certains estiment déjà que la vente de certaines filiales comme celle des prothèses auditives devrait être délaissée par le groupe.
Parmi les 410000 employés que compte actuellement Siemens, plusieurs milliers d’entre eux pourraient compter parmi les prochaines victimes du licenciement. Des licenciements qui font suite à la baisse progressive du dynamisme du secteur industriel depuis quelques mois. La compétitivité se paye dorénavant à coup de licenciements massifs.En dépit de ces licenciements massifs annoncés, Siemens continue néanmoins à investir dans les secteurs estimés rentables. Le groupe devrait en effet continuer à investir dans les turbines à gaz et pourrait bien se lancer dans de nouvelles acquisitions. Une nouvelle qui vient atténuer le tableau morose peint par les licenciements annoncés du groupe et laisse espérer que le licenciement ne sera pas toujours le prochain mot d’ordre.
Heureusement si on est employé en suisse on peut choisir de souscrire à une assurance chômage complémentaire, comme ça en cas de licenciement on protège son niveau de vie à 100 % !


5f4ff24d60a5ab7d824ae16da693e9d1CC consectetur lectus elit. libero odio quis felis Sed