Licenciement à l’Union bancaire privée (UBP)

Les licenciements à l’UBP continuent avec cette fois une trentaine de salariés à qui l’on vient de signifier leur départ. L’Union Bancaire Privée située à Genève suit le contexte morose du domaine bancaire et avait déjà licencié 45 salariés entre septembre et décembre 2011. Mais ces licenciements à l’UBP ne sont pas un cas isolé dans le paysage bancaire suisse. L’automne 2011 a déjà vu plusieurs banques pratiquer une coupe en règle dans leurs effectifs. En effet, s’il vient d’avoir licenciements à l’UBP, le Crédit Suisse a déjà supprimé 550 postes en 2011 et UBS 400.

La conjoncture est difficile pour le monde financier et les banques sont en première ligne. Ces licenciements à l’UBP comme ailleurs, montrent à quel point le différentiel euro/franc suisse est morose et les rendements bas. Réduire les coûts est la stratégie du réseau bancaire et les licenciements à l’UBP vont dans ce sens. Pour le moment les licenciements à l’UBP montrent que le personnel est la seule donnée sur laquelle la banque fait des économies. Les licenciements à l’UBP atteindront vite les limites soutenables. L’emploi est donc menacé dans le secteur bancaire, c’est ce que confirme l’Association des banquiers privés. Si l’on va au delà des licenciements à l’UBP, l’ex -président du directoire d’UBS et son successeur estiment que 20% des effectifs de la place financière helvétique, pourraient disparaître de la même manière que pour les licenciements à l’UBP et par la seule application des accords fiscaux avec l’Autriche, l’Allemagne et la Grande-Bretagne. Si les licenciements à l’UBP représentent actuellement 75 personnes, ces 20 % représentent eux 20 000 personnes.

Les licenciements à l’UBP sont donc une goutte d’eau dans l’océan des départs vers le chômage. Si les licenciements à l’UBP se font à ce jour de manière assez transparente, on ne connait pas les stratégies des concurrents. En effet la conjoncture évolue de jour en jour et on peut penser que les banques réagissent dans l’urgence. Les licenciements à l’UBP sont donc une réponse tragique à une situation qui se dégrade assez vite. La Suisse n’est malheureusement pas le seul pays à subir des licenciements comme à l’UBP, mais le personnel est-il la seule donnée sur laquelle on puisse s’acharner? Faire des économies en temps de crise, c’est une chose mais procéder à des licenciements à l’UBP et ailleurs, est-ce la seule solution? Espérons que l’avenir puisse apporter des solutions plus efficaces.

 

Demandez une offre d'assurance chômage complémentaire

 



93be4e5e1d280462221577340627d58cBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBB Donec non ut id, at nunc ipsum elit. amet, adipiscing