L’emploi progresse en Suisse

 

L'emploi progresse en Suisse

L’emploi progresse en Suisse

 

Alors que la situation économique mondiale et européenne semble se dégrader, que les chiffres du chômage semblent être toujours en constant en hausse depuis de nombreux mois (et ce de façon consécutive), que les rumeurs de licenciement et de restructuration perdurent un peu dans tous les secteurs, voilà que la Suisse sort son épingle du jeu car l’emploi progresse.
En effet, d’après le Centre de recherches conjoncturelles (KOF), l’emploi progresse car la Suisse a su générer près de 62400 postes en 2012 tout en soulignant que l’emploi à temps partiel a littéralement explosé. Pour ce qui est des temps pleins, l’emploi progresse également car la croissance des postes est de 1.5% pour atteindre environ 53000 postes. Même avec une faible croissance de son PIB (1%), la Suisse maintient son marché du travail à flot et la tête hors de l’eau.

L’emploi progresse par rapport à 2011

L’emploi progresse donc avec une hausse globale de 1.6% par rapport à l’année 2011 qui avait vu sa croissance de 3% pour « seulement » 21000 postes.
L’emploi progresse progresse donc, beaucoup plus vite qu’on ne l’aurait cru à cause du ralentissement économique et de la hausse (toujours persistante) du chômage. La Suisse a su bénéficier du dynamisme du secteur des services et de quelques activités industrielles.

Cependant, on parle d’une économie helvétique à deux vitesses car quand l’industrie a énormément souffert à cause des difficultés de la zone euro et aussi parce que le franc suisse demeurait trop fort, c’est le secteur des activités et des services qui a su bénéficier d’une consommation des particulier particulièrement solide, la preuve que l’emploi progresse là aussi.
Pour observer que l’emploi progresse, voyons ce qu’il en est au niveau des chiffres : 11000 emplois furent créés dans l’industrie durant l’année 2012 et près de 49000 postes dans les services ont vu le jour. Pour ce qui est du secteur tertiaire, notamment dans le domaine du médical, de la santé, de l’action sociale mais aussi dans l’enseignement, c’est un véritable « boom » qui a secoué ces secteurs avec chacun un ajout de 15000 nouveaux emplois (à temps pleins et à temps partiels conjointement). L’administration publique, quant à elle, a généré 7000 emplois tandis que le monde de l’informatique embauchait 5000 personnes. L’emploi progresse donc et ces chiffres en sont la démonstration flagrante.
Pour souligner que l’emploi progresse encore et toujours en Suisse depuis 2012, on se rend compte que les chiffres dans le milieu du commerce ne montrent que 5000 postes mais que le secteur de la restauration et de l’hôtellerie, après 3 années de déclin, a su se refaire une santé économique puisque les embauches ont repris. Pour le secteur bancaire, les chiffres annoncés par UBS, le Crédit Suisse, UBP, ou HSBC notamment avaient montré l’embauche de 1000 personnes en 2012. L’emploi progresse et il faut le dire.
Pour continuer à montrer que l’emploi progresse dans l’économie helvétique, on se rend compte que le monde de l’horlogerie, chère aux Suisses, a créé 3000 emplois (idem pour le secteur de l’électronique) tandis que les secteurs du bâtiment ont affiché une hausse de 2% sur toute l’année 2012.
L’emploi progresse donc dans toutes les grandes régions de la Suisse mais c’est la Suisse centrale et l’Exsace Mitteland qui ont les plus prolifères avec près de 13000 emplois au total.

 

L’emploi dans les secteurs du textile et du papier

 

Seuls les secteurs du textile et du papier/bois ont vu un déclin avec une perte de 2000 emplois chacun.
Et c’est là que le bât blesse et que l’on comprend que, malgré que l’emploi progresse, le chômage demeure aussi présent pour atteindre en fin d’année 2012 les 3.1%. La population recrutée et la croissance de la population ont fait que les personnes présentes sur le marché du travail étaient de nouvelles venues. Le chômage persiste et a provoqué de nombreux départs dans près de 257 sociétés, soit près d’1/4 de plus que par rapport à 2011.

Même si l’emploi progresse, la conjecture économique mondiale qui montre une dégradation persistante, le chômage partiel qui fait des dégâts ne sont pas pour autant très engageants pour l’avenir : alors que l’on dit que l’emploi progresse, de nouvelles suppressions d’emplois sont à venir, notamment dans le secteur de l’industrie.

Le SECO (Secrétariat d’Etat à l’Economie) – qui est le centre de compétence de la Confédération pour toutes les questions ayant trait à la politique économique helvétique – estime que le rythme des embauches devrait fléchir peu à peu au cours des prochains mois, même si l’emploi progresse quand même un peu. Elle prévoit un taux de chômage de 3.3% pour 2013 alors que le marché du travail ne gagnera qu’une croissance de 1% pour cette même année.

Demandez une offre d'assurance chômage complémentaire



e50cfe79390de9e5991b7c31c30e70f3nnnnnnnnnnn ultricies dolor pulvinar id ut odio tristique ante.