Le paradis des frontaliers : La Suisse

Lorsqu’on évoque la Suisse, on pense à ses nombreux avantages, que ce soit son paysage, son économie, sa situation géographique, son dynamisme, son sens pratique, ses banques très sécurisées mais il est un domaine le pays helvète surprend et attire du monde, c’est en matière d’emplois.

En effet, ce sont près de 50000 Français qui ont compris toute l’importance et toute la vitalité de ce pays pour profiter à la fois de hauts salaires tout en ayant des loyers assez modérés et un mode de vie très agréable.
Plus précisément, ce sont les frontaliers qui ont rapidement compris où était leur avantage à travailler en Suisse : en moyenne, les frontaliers effectuent des trajets entre les départements limitrophes français et Genève par exemple et il n’y a qu’à observer le nombre de voitures pare-chocs contre pare-chocs qui se bousculent à l’entrée de la Suisse.

Les frontaliers : combien de personnes en suisse ?

Le nombre de frontaliers atteint désormais plus de 264000 personnes (dont 94000 femmes) à la fin de l’année 2012, soit une hausse de près de 4.8%, ce qui est remarquable, notamment chez les jeunes entre 20 et 28 ans.
C’est dans la région lémanique et dans la Suisse de nord-ouest qu’un actif sur 10 fait partie des frontaliers. Et la proportion des frontaliers augmente encore lorsqu’on entre dans le Tessin avec ¼ des actifs comme frontaliers.
Parmi tous ces frontaliers, la majorité provient de la France puis viennent les Italiens et les Allemands.
Les frontaliers français l’ont bien compris : avoir une vue imprenable, un cadre de vie incroyable et bénéficier d’un salaire bien supérieur qu’en France, c’est une situation inédite qui séduit de plus en plus.
L’embauche est plus facile, les salaires plus attractifs, le pouvoir d’achat est supérieur à celui de la France alors pourquoi hésiter ? Les jeunes frontaliers français n’hésitent plus et dans un monde global, ils vont chercher du travail là il se présente de façon généreuse et qualitative de surcroît.
En plus de l’emploi, c’est aussi la question de l’assurance santé qui plaît aux frontaliers français : le « pays du chocolat » propose des tarifs très intéressant car on estime que cela ne coûte qu’une centaine d’euros en moyenne par mois pour une assurance dédiée aux frontaliers.

Frontalier : à quoi faut-il faire attention

Si vous travaillez en Suisse en tant que frontalier il ne vous faut pas oublier de souscrire à une assurance chômage complémentaire, car si vous êtes licencié vous serez payé par Pôle emploi en France et perdrez une très grande partie de votre salaire.
Cependant, il faut faire attention : les frontaliers ne sont pas toujours bien vus de l’autre côté des Alpes, les Suisses estiment qu’on vient leur voler leurs emplois. Être immigré en Suisse, ce n’est pas une mince affaire et il faut faire attention à respecter et à appréhender une nouvelle façon de vivre, de travailler.
Même si les Suisses freinent encore des deux pieds pour recevoir des travailleurs français, les frontaliers francophones n’hésitent pas quant à eux à montrer leur qualité professionnelle et à faire montre de leur talent, y compris dans des postes de grande importance.

 

Demandez une offre d'assurance chômage complémentaire

 



1a87a980119df744860e36249b28597711 non sed eget id, ut libero