assurance chômage


Huntsman veut licencier 170 personnes en suisse

 

Tout d’abord, il est à noter que Huntsman dispose de 12. 000 collaborateurs à travers les quatre coins du monde. En Suisse, le nombre des employés de Huntsman s’élève à 1300 dont 1000 à Bâle et 300 à Monthey. Récemment, le groupe chimique d’origine américaine, Huntsman projette de licencier 100 personnes sur son site à Bâle et 72 personnes sur le site de Monthey.

Huntsman : ce n’est pas la première fois

Il faut avouer que ce n’est pas une première. En effet, une telle restructuration s’est déjà produite à plusieurs reprises. La compression de personnels touche aussi souvent les deux sites du groupe Huntsman.

Huntsman : Unia Valais s’en occupe

Néanmoins, selon le syndicat Unia en Valais, elle n’a jamais atteint une telle envergure auparavant. Cette fois-ci le taux est assez élevé. Ensuite, jeudi dernier, un communiqué de presse du syndicat Unia Valais annonce que Huntsman souhaite optimiser la compétitivité de sa division Advanced Materials. Ainsi, le pole chimique américain, Huntsman , justifie sa décision par son dessein de faire face à la concurrence. Dans l’espoir d’améliorer sa part de marché, Huntsman retire de 300 à 400 postes sur les 2500 existants auprès de cette division, à l’échelle internationale. Pour continuer, le syndicat ne cache pas son inquiétude face à cette situation. Selon les dires des membres, avec la décision du groupe Huntsman, 100 salariés sur 200 seront touchés par la compression. En somme, ils désapprouvent et ils pleurent toujours la dernière restructuration de 2011 réalisée par Huntsman, qui a causé une suppression d’un nombre conséquent de postes en Suisse. Pareil cas s’étant déjà produit et régulièrement, Unia prévoit le pire. Le syndicat redoute que Huntsman réalise un désengagement de la branche située en suisse, à moyen terme.

Huntsman : comment y remédier ?

Pour y remédier, Blaise Carron, le secrétaire régional d’Unia Valais exige des garanties émanant de Huntsman. Selon son désir, Huntsman devrait s’engager à assurer la pérennité des sites suisses, notamment à Bâle et à Monthey. Puis, le syndicat requiert également de la part de Huntsman une période assez longue pour trouver des solutions afin de limiter le nombre de licenciements. Puis, selon eux, Huntsman devrait revoir le plan social. Ensuite, le syndicat profite de cette compression du groupe Huntsman pour solliciter l’installation d’une task force valaisanne. Cette dernière aura pour mission l’optimisation des conditions-cadres de la politique industrielle en Valais.


assurance chômage




a8b1c19bfef61483fc93a275528162b7[[[[[[[[[[[ quis adipiscing Nullam accumsan non efficitur. massa ut