Le chômage est la préoccupation principale des Suisses

 

chômage

 

Lorsqu’on évoque le nom de la Suisse, tout le monde pense à un pays paisible. Mieux encore, on imagine une nation stable au plan économique et qui ne connait pas le chômage. Toutes ces conceptions ne sont certainement pas fausses. Mais, au-delà de ces dernières, la Suisse se montre depuis peu comme un pays où le taux de chômage devient une préoccupation majeure. Cet article vous donne plus de détails sur cette situation préoccupante de chômage.

Le chômage en première place

Récemment, le Crédit Suisse a réalisé un sondage. Ce sondage ou baromètre des préoccupations avait pour objectif de classer par ordre d’importance les préoccupations des Suisses. Et, c’est justement son résultat qui nous fait toucher du doigt la crue réalité. En effet, le chômage vient en tête de liste avec 49 %. Ainsi, même si les Suisses restent des personnes optimistes, cette question de chômage commence vraiment à préoccuper.

Les Suisses optimistes malgré le taux de chômage

Même si le chômage devient une préoccupation majeure, il faut quand même noter que les Suisses restent très optimistes. En effet, selon le même sondage du crédit Suisse, la plupart des personnes interrogées pensent qu’après tout, le pays est économiquement solide. Une partie attend même d’ici là une amélioration de la situation, c’est-à-dire la baisse du taux de chômage. Notons ici que ce taux de chômage dépasse les 3 % depuis un moment. En effet, il a été estimé à environ 3,1 % pour le mois de Novembre.
Le chômage, les étrangers et la vieillesse : des préoccupations qui datent
Le fait que de nombreux Suisses se préoccupent du chômage n’est pas une situation récente. En effet, depuis 10 ans, cette situation a toujours existé. La raison, c’est que les Suisses considèrent le faible taux de chômage comme un gage de stabilité.
En dehors du chômage, c’est la question de l’immigration ou des étrangers qui préoccupe aussi beaucoup. Et, après le chômage et les étrangers, on verra la prévoyance vieillesse.
Ce sondage appelé « baromètre des préoccupations » est réalisé depuis 36 ans. Il a porté cette année sur 1 000 personnes


161e8e444ffa9cb7e1e4d47c25edf233wwwww risus. massa adipiscing sed odio elit. libero Nullam facilisis diam justo at