Pas de chômage dans l’horlogerie

 

Le suisse fait partie des pays où il y a le plus faible taux de chômage dans le monde. Au dernier trimestre de l’année 2012, il a seulement connu un taux de 3,1 %. Une question se pose ; est-ce que cette proportion concerne vraiment tous les secteurs ? Une comparaison du taux de chômage de tous les secteurs avec le taux de chômage dans l’horlogerie permettra de mieux répondre à cette question.

Le chômage dans l’horlogerie par rapport aux autres secteurs

Des rapports récents de chômage par secteur dans la confédération a permis de ressortir que le taux de chômage par secteur et par canton en Suisse est très variable. Si l’on considère chaque secteur, les taux les plus bas varient entre 1,3 % et 10,1 %. Avec ses 5,1 %, le taux de chômage dans l’horlogerie constitue le médian de tous ces pourcentages. Le taux de chômage dans le secteur de l’hôtellerie et de restauration représente plus du double du taux de chômage dans l’horlogerie avec ses 5,1 %. Celui de la production et de la distribution d’énergie est équivaut au quart de la proportion de chômage dans l’horlogerie. Par rapport au taux de chômage dans l’horlogerie, ceux des assurances, de l’administration publique, de l’agriculture et de l’enseignement sont plus faibles avec, respectivement, 1,4 %, 1,7 %, 2 % et 2,2 %. Les taux dans la construction et dans le secteur d’alimentations, boissons et tabac sont seulement 0,7 % inférieurs au taux de chômage dans l’horlogerie.

Demandez une offre d'assurance chômage complémentaire

 

 

Des taux variés selon les secteurs

Depuis plusieurs années, le taux de chômage dans l’horlogerie n’a pas connu vraiment une importante augmentation ou réduction. Ce n’est pas toutefois pas le cas des autres secteurs. Contrairement au taux de chômage dans l’horlogerie, celui des autres secteurs peut varier d’une manière très significative, voire même plus importante. Tel est le cas de la construction avec ses 32 % d’augmentation entre l’octobre et le novembre. Il ne faut pas toutefois s’étonner de cette variation, car ce secteur emploie moins de personnes à l’approche de l’hiver. L’horlogerie, par contre, ne connait pas une saisonnalité. Ce qui explique le faible taux de chômage dans l’horlogerie.

Comme le secteur du BTP, l’enseignement peut aussi voir le taux de son chômage varier considérablement surtout au début et à la fin des périodes de vacances. Cette variation reste toutefois faible. Ce qui explique que le taux de chômage dans l’enseignement en Suisse est moindre par rapport au taux de chômage dans l’horlogerie. Les variations du taux de chômage dans l’hôtellerie peuvent aussi être expliquées par la saisonnalité de l’activité.

Un rapport d’une enquête récente a fait état d’une augmentation du taux de chômage de 5 % dans le secteur de la banque. L’explication fournie pour les secteurs précités reste ici non valables. Normalement, le taux de chômage dans le domaine bancaire doit rester constant comme celui du chômage dans l’horlogerie. Toutefois, du fait du contexte financier actuel, certains établissements commencent à réduire le nombre de leurs employés. D’où cette augmentation.

Demandez une offre d'assurance chômage complémentaire



6b5ddb808262773ac30cb0c5f89d557a~ vel, Praesent fringilla dictum non elit. ut libero. Praesent id,