Centaines d'emplois menacés dans l'horlogerie suisse

Centaines d’emplois menacés dans l’horlogerie suisse

Les doutes planent dans l’horlogerie : des centaines de postes sont supprimés

Depuis mi-mars, les restructurations s’enchainent dans l’horlogerie suisse comme Greubel Forsey ou Corum, selon le syndicat Unia. Plusieurs centaines de postes ont été supprimés. « Difficile de prévoir si les licenciements vont continuer », selon François Matile, secrétaire général de la Convention patronale horlogère.

Le 10 juin dernier, Gilbert Petit-Jean, un sous-traitant actif dans le montage de mouvements mécaniques, aux Brenets (NE) a également informé 30 licenciements. « La situation diffère d’une entreprise à une autre, explique François Matile.

La demande mondiale sera décisive pour l’horlogerie qui s’est rationalisée depuis quinze ans, d’autant plus que personne n’envisagera d’acheter une montre durant les crises, souligne François Matile.

Centaines d'emplois menacés dans l'horlogerie suisse

30 000 personnes sont encore soumises au chômage partiel

Les sous-traitants ont été les premiers affectés par la crise, surtout ceux qui exercent uniquement dans ce secteur. Les sociétés qui licencient actuellement avaient déjà des soucis avant la crise, selon François Matile. La branche avait déjà des soucis en 2019 avec le contexte politique à Hongkong.

Durant le semi-confinement, environ 400 entreprises sur les 550 conventionnées ont profité de la mesure de réduction de l’horaire de travail (RHT) provoquant le licenciement de 40 000 personnes. “30 000 personnes sont encore soumises en RHT, mais les conditions ne sont pas les mêmes, commente François Matile. En ce moment, 59 000 salariés travaillent pour la branche, dont 51 000 sont conventionnés.

Fermeture prolongée jusqu’aux vacances

Les vacances horlogères du 20 juillet au 9 août ne sont pas ajournées. ‘Durant l’été, beaucoup d’entreprises seront encore fermées puisqu’il est impossible de continuer la production avec seulement 30 % du personnel.

Certains ateliers, néanmoins, leurs bureaux resteront ouverts’, a souligné Matile. ‘Avec l’interdépendance des entreprises horlogères, elles peuvent fermer en même temps’. Selon la dernière enquête, 90 % des sous-traitants horlogers vont fermer deux à quatre semaines en été.

Fermeture des cantines

Avant la reprise du travail, des règles ont été mises en place par la plupart des entreprises horlogères. Pour empêcher tout le personnel de se retrouver dans une même pièce, certaines entreprises ont érigé deux blocs de travail. La majorité des cantines sont d’ailleurs fermées. Des plexiglas ont été placés entre les salariés dans les ateliers. Ils ne portent plus de masque vu que les distances sanitaires sont respectées.

Centaines d'emplois menacés dans l'horlogerie suisse

Les difficultés d’approvisionnement

L’approvisionnement et la distribution constituent actuellement un gros problème pour les entreprises horlogères. ‘Le transport aérien a été stoppé à cause du Covid-19 et 90 % des exportations horlogères sont désormais réalisées grâce aux avions de ligne’, a notifié François Matile.

‘La crise a dévoilé que certains producteurs étaient aux dépens des livraisons de l’étranger, en particulier de Chine. Une minorité des entreprises ont choisi de négocier avec des fournisseurs suisses’, a indiqué l’expert.

Le point positif avec le semi-confinement, c’est que les entreprises pourront se consacrer à la recherche de nouveaux produits ou de méthodes de fabrication. Certaines ont également redoublé leur présence dans l’e-commerce.

 

En savoir plus sur le chômage :

 



eleifend justo quis at ut luctus