Cathay Pacific 5900 emplois en moins et une succursale

 

Toujours à cause de la pandémie du coronavirus, la compagnie aérienne de Hong Kong Cathay Pacific Airways se trouve dans l’obligation de supprimer pas moins de 5900 postes ainsi que l’une de ses filiales, Cathay Dragon. Face à ce licenciement en masse, les employés de la compagnie de vol devront profiter de leur assurance chômage complémentaire pour tenir le cap.

Cathay Pacific se trouve dos au mur

La compagnie aérienne Cathay Pacific Airways a subi de graves dommages face à la pandémie du coronavirus et n’aura pas d’autre choix que de réduire ses effectifs d’un quart en plus de devoir fermer les portes de l’une de ses filiales, Cathay Dragon. Cette décision a été prise essentiellement pour faire face à la crise internationale du trafic aérien. Effectivement, toutes les compagnies aériennes du monde entier ont ressenti les effets de la pandémie avec la chute imminente des voyages par l’interdiction de vol. Et les affaires ne risquent pas de reprendre pour un bon bout de temps. Les compagnies aériennes traverseront un hiver difficile en l’absence des rebonds espérés qui ne se sont pas matérialisés en fin de compte. Et Cathay Pacific ne fera pas exception à la règle en annonçant mercredi dernier que la compagnie devait entamer une restructuration complète qui se traduit par la suppression de pas moins de 8500 au total, correspondant comme dit précédemment, à un quart de son effectif total. Quant à sa filiale, Cathay Dragon, elle disparaitra tout simplement. Le directeur général de la compagnie Cathay Pacific Airlines, Augustus Tang, a déclaré qu’en raison du fait que la pandémie continue d’accabler le monde, ils étaient obligés de procéder à cette restructuration drastique pour survivre.

Cathay Dragon, supprimé du marché

Si nous nous penchons sur la disparition de Cathay Dragon Airlines, 5300 employés sur Hong Kong perdront leur travail, avec 600 autres se trouvant ailleurs. Pour ce qui est du reste des suppressions de postes annoncés, elles concernent les départs naturels et le gel des embauches.

À titre d’information, Cathay Dragon se focalisait sur les vols courriers court et moyen en Asie. A sa disparition, ses activités seront confiées à Cathay Pacific et à sa filiale low cost, HK Express, à condition bien sûr que les autorités l’acceptent. Le plan de restructuration de Cathay Pacific a été salué à la bourse hongkongaise, car le titre Cathay Pacific s’était envolé de 5,8 %.

Et comme on pouvait s’y attendre, la nouvelle a été très brutale pour les employés de Cathay Pacific. Un steward a témoigné que son poste de travail était voué à disparaitre et que même si les affaires reprenaient dans un futur proche, il serait trop vieux pour reprendre son emploi.

 

 

La compagnie aérienne n’est pas près de sortir de l’auberge

 

Selon les statistiques de l’IATA, le chiffre d’affaires des compagnies aériennes aurait chuté de 80 %. En prenant compte des frais fixes tels que les charges salariales, le carburant, la maintenance les taxes et les coûts d’entreposage des avions, la chute des affaires dans le secteur n’étonnerait personne. Cathay Pacific a d’ailleurs annoncé une perte de 9,9 milliards de dollars hongkongais sur le premier semestre.

Même si les vols s’ouvrent depuis peu, il reste difficile pour les compagnies aériennes de changer l’avis de ses passagers sur la sécurité sanitaire de prendre l’avion. De plus, les mesures restrictives pour la lutte contre le Covid-19 telles que la quarantaine obligatoire de 14 jours à l’arrivée suffisent amplement pour décourager les voyageurs.

 

Plus de cas sur les licenciements et chômage en Suisse :

 

Jet Aviation : suppression de 200 emplois

TX Groupe : 40 emplois supprimés

Réduction des salaires et licenciements des pilotes étrangers de Qatar Airways

Globetrotter ferme 4 agences

Hotelplan taille dans ses effectifs

 



Phasellus luctus ante. lectus dictum Nullam et, Donec diam Aliquam