Bentley licencie 1000 employés à cause de la crise du Covid-19

Bentley licencie 1000 employés à cause de la crise du Covid-19

Le Britannique, expert dans la construction de voitures de luxe était contraint de diminuer ses activités face à la crise du Covid-19. Bentley a d’ailleurs communiqué vendredi la suppression de 1000 emplois, environ un quart de ses effectifs.

La marque Volkswagen emploie 4200 personnes au Royaume-Uni. Lors d’un communiqué, la firme a annoncé qu’elle avait préconisé des départs volontaires. Le licenciement de plus d’employés n’est pas d’ailleurs exclu. Cette déclaration est difficile à encaisser pour le secteur automobile britannique. En effet, les refontes s’amplifient.

Aston Martin, une autre marque de luxe avait communiqué jeudi la suppression de 500 postes. Quant à la chaîne de concessionnaires Lookers, elle va biffer dans les 1500 employés. Concernant le manufacturier britannique de bolides McLaren, il a opté pour une réduction de ses effectifs de 1200 personnes.

Les projets de la marque sont affectés par la pandémie

Le siège de la société Bentley est situé à Crewe dans le nord-ouest de l’Angleterre. La firme expose ses projets qui ont été gravement affectés par la crise du coronavirus. La société avait envisagé un remaniement en 2018 afin d’améliorer son rendement. La marque affiche un résultat opérationnel très prometteur de 300 millions d’euros en 2019 avec un grand succès au premier trimestre 2020.

Bentley licencie 1000 employés à cause de la crise du Covid-19

Toutefois, Bentley affirme que la société était obligée de réaliser quelques épargnes face à une importante diminution de ses prévisions de chiffre d’affaires. « Se défaire des collaborateurs n’est pas une décision que nous avons prise à la légère. Cependant, c’est une mesure indispensable pour sauvegarder la grande partie des emplois restants », appuie Adrian Hallmark, le directeur général de Bentley.

Aucune option

“La crise du coronavirus n’est pas la cause principale des licenciements, mais cela a activé des difficultés”, a-t-il affirmé. Il suggère que la décision avait d’ailleurs un lien au plan de développement en cours. Outre ses efforts pour être plus efficace, l’entrepreneur envisage de changer de direction avec la proposition d’une version hybride pour ses prototypes d’ici 2023. Par la suite, la société prévoit le lancement de son premier prototype entièrement électrique en 2026. La marque a été instituée en 1919 dans le nord de Londres et a été reprise par Volkswagen en 1998. Par an, approximativement 11 000 voitures sont vendues par l’entreprise, à un prix moyen autour de 200 000 livres.

 

 

En savoir plus sur le chômage et les licenciements dans les entreprises:



tempus nunc ut venenatis, adipiscing porta. ut sem, dapibus mattis