American airlines : 25’000 emplois supprimés ?

Licenciement chez American Airlines : jusqu’à 25 000 salariés seront touchés

La compagnie aérienne American Airlines a annoncé mercredi le licenciement de 25 000 salariés en octobre. Ces derniers se retrouvent dans l’obligation de faire valoir leur assurance chômage complémentaire. Depuis le début de la crise du coronavirus, les compagnies aériennes étaient contraintes de suspendre tous les vols à l’international, toute classe confondue.

Au début, la compagnie aérienne American Airlines a présumé que les vols allaient reprendre très rapidement, cependant, « la situation a malheureusement dégénérée », indiquent le PDG de l’entreprise Doug Parler et le responsable des opérations Robert Isom dans une lettre destinée aux salariés et examinée par l’AFP.

Les recettes reçues des vols de passagers générées par American Airlines ont chuté de 80 % en juin par rapport à l’année dernière. « Avec la propagation du Covid-19 et les mesures de quarantaine qui ont été imposées de nouveau par de nombreux états, la demande pour le transport aérien est en chute libre », indique-t-il. Les difficultés endurées par les compagnies aériennes se répercutent également sur le secteur aéronautique. En effet, Boeing traverse des périodes difficiles en ce moment.

Départs anticipés et congés prolongés encouragés

Pour l’heure, American Airlines dénombre 130 000 employés approximativement. Au début juillet, la compagnie aerienne a d’ores et déjà prévenu le licenciement de 20 000 personnes pour faire face à la crise à l’automne.

Comme prévu dans la réglementation, la compagnie American Airlines s’est engagée à envoyer des préavis à tous les employés qui seront touchés par ces mesures, à savoir les pilotes et le personnel de maintenance. La compagnie aérienne encourage les programmes de départs anticipés et les congés prolongés pour ne pas avoir à congédier davantage et préconise fortement la souscription, si ce n’est pas déjà fait, à une assurance chômage complémentaire.

Le gouvernement a octroyé 25 milliards de dollars (23,61 milliards de francs) à toutes les compagnies aériennes américaines pour leur venir en aide. En contrepartie, les compagnies ne devaient pas supprimer des postes jusqu’au 30 septembre.

United et Southwest n’ont pas échappé à la crise

Quoi qu’il en soit, des restrictions sont encore imposées par de nombreux états concernant les vols en tout genre tant national qu’à l’international. Depuis la fermeture des frontières et de l’aéroport, la majorité des compagnies aériennes américaines ont réduit de manière drastique leurs plans de vol. Les plans de départs volontaires exécutés par l’ensemble des compagnies aériennes ne seront pas suffisants pour dépasser la crise.

La semaine dernière, la compagnie United Airlines a communiqué qu’elle prévoyait de congédier jusqu’à 36 000 employés. Le patron de Southwest Airlines a prévenu lundi qu’il était nécessaire de tripler le nombre de ses passagers d’ici la fin de l’année pour échapper à une vague de licenciements. Malgré la diminution progressive des restrictions, la reprise du vol international reste indéterminée.

En savoir plus sur les effets de la crise sur les licenciements :