Deux collaborateurs de la SUVA condamnés

Deux collaborateurs de la SUVA condamnés


Assurance accident


Deux collaborateurs de la SUVA condamnés

Deux collaborateurs de la SUVA condamnés ! Après la noyade d’un patient à la Clinique romande de réadaptation, le temps est venu des condamnations. C’est à Sion qu’une personne avait perdu la vie en se noyant à la piscine de la Clinique romande de réadaptation à Sion le 12 juin 2013. Cette personne participait en groupe à une thérapie lorsqu’il s’est blessé gravement. Il décèdera le 20 juin après avoir été admis aux soins intensifs à l’hôpital cantonal de Sion. Les personnes condamnées à des jours-amende sont une physiothérapeute et son chef de service.

Coupable d’homicide par négligence !

La noyade du patient date de 2013 et la condamnation tombe ce vendredi 9 novembre 2018 pour les 2 professionnels de la CRR ; Clinique romande de réadaptation à Sion. La condamnation est avec sursis et des jours-amendes. Le Tribunal a donné son jugement contre la physiothérapeute, responsable de la noyade d’un patient et l’a reconnu coupable d’homicide par négligence. Cette physiothérapeute devait contrôler un bassin d’eau le jour du drame mais cette dernière à violé son obligation de surveillance explique la direction de la clinique. La physiothérapeute est condamnée à 120 jours-amendes de 75 francs et à du sursis pendant une période de 2 années. La 2ème personne condamnée est le chef du service de physiothérapie de la CRR qui est actuellement à la retraite. Celui-ci est condamné pour manque de surveillance et manquement aux consignes de sécurité. La peine est de 45 jours-amendes d’un montant de 170 francs avec sursis pendant 2 années. Le recours est possible pour ces deux personnes.

Deux collaborateurs de la SUVA condamnés : Deux acquittements !

Il faut savoir que la physiothérapeute est toujours active dans la clinique romande de réadaptation à Sion. Le comité de direction de la clinique après étude des sentences du tribunal, se prononcera prochainement sur les sanctions disciplinaires à appliquer à l’encontre de la physiothérapeute. Quant au directeur de la CRR, également prévenu au procès, celui-ci a été acquitté comme une autre physiothérapeute, présente le jour du décès de la patiente sur un autre bassin.


Assurance accident


Sur le même sujet

La Suva économise 60 millions grâce à un logiciel

Accident suite à un plongeon, comment suis-je assuré ?

La SUVA sauve 12.5 millions de francs en 2017 



a8d655ffbcfd8904adf85f6e3cb3cff6ttttttttttttttttttttttttttttttt felis suscipit massa velit, mattis ut quis efficitur. leo.